donner


donner

donner [ dɔne ] v. <conjug. : 1>
• 842; lat. donare « faire un don »
I V. tr.REM. Donner, ayant pour complément un subst. qui désigne une action, équivaut généralt au verbe d'action. Donner congé ( congédier) , une réponse ( répondre) , un coup de balai ( balayer) . AMettre en la possession de qqn (DONNER À qqn).
1Abandonner à qqn, dans une intention libérale ou sans rien recevoir en retour (une chose que l'on possède ou dont on jouit). allouer, vx bailler, offrir; 1. don, donation. Donner qqch. par testament ( léguer) . Donner qqch. en récompense. Donner de l'argent, un pourboire, des étrennes à qqn. Fam. Donner la pièce au guide. filer. Donner des cadeaux à profusion. prodiguer. Donner qqch. pour s'en débarrasser, s'en défaire. « On promet beaucoup pour se dispenser de donner peu » (Vauvenargues). « On dit communément : “La plus belle femme du monde ne peut donner que ce qu'elle a”; ce qui est très faux; elle donne précisément ce qu'on croit recevoir » (Chamfort). Donner son sang au centre de transfusion ( donneur) . Absolt « Qui donne aux pauvres prête à Dieu » (Hugo). « Donner est plus doux que recevoir » (Renan). Dr. Donner et retenir ne vaut : règle de l'ancien droit, qui limite la révocation des donations.
Par exagér. Vendre très bon marché. brader; donné. On ne le vend pas, on le donne !
2(Abstrait) Faire don de. « Il n'y a rien de meilleur, quand on aime, que de donner, de donner toujours, tout, tout, sa vie, sa pensée » (Maupassant). Donner le meilleur de soi-même. Il lui a donné son amitié. Donner sa vie, son sang pour la patrie : faire le sacrifice de sa vie. — Donner son temps à. consacrer, employer, vouer. Donner quelques instants à qqn. accorder. « Jusqu'au dîner, Mme de Rênal n'eut pas un instant à donner à son prisonnier » (Stendhal).
3 ♦ DONNER (qqch.) POUR, CONTRE (qqch.) :céder en échange d'autre chose. ⇒ céder, fournir, livrer. Donner qqch. contre, pour de l'argent. vendre . Donner un cheval pour, contre un âne. échanger, troquer. En donner à qqn pour son argent ( combler, satisfaire) .
DONNER (une somme) DE (qqch.). Je vous en donne cent francs (d'une marchandise). offrir.
Payer (une certaine somme) à qqn. Combien donne-t-il à ses ouvriers ?
Loc. fam. J'ai déjà donné ! je l'ai déjà fait et je ne veux pas recommencer. Un second mariage ? J'ai déjà donné ! Il « refusa d'acquitter la taxe destinée à financer l'effort de guerre, estimant que, pour la guerre, il avait déjà donné — quatre ans dans les tranchées » (J. Rouaud).
Donner qqch. pour (suivi d'un verbe). Je donnerais cher pour le savoir. Il aurait tout donné pour que cela cessât. abandonner, sacrifier. « Que n'aurais-je pas donné pour pouvoir dire au long cette fameuse règle des participes » (A. Daudet).
4Confier (une chose) à qqn, pour un service. confier, remettre . Donner les clés au gardien. Donner ses chaussures au cordonnier. Donner qqch. à (et l'inf.). Donner sa montre à réparer : la confier pour qu'on la répare. Donner une propriété à gérer.
BMettre à la disposition de (qqn). DONNER (À).
1(Concret) Mettre à la disposition, à la portée de. fournir, offrir, présenter, procurer. Voulez-vous donner des sièges aux invités ? apporter. Donner une lettre à son destinataire. 1. porter, remettre. Donner un certificat, un diplôme. délivrer. Donnez-moi du pain. Donnez-m'en. passer. Donnez-m'en un kilo. mettre, vendre. Donner à boire, à manger à qqn, à un animal.
Spécialt Donner les cartes aux joueurs. distribuer; donne. Absolt C'est à vous de donner. 1. faire.
Donner du travail à un chômeur. Donner de l'instruction à un enfant.
(Avec une partie du corps) Donner le bras à qqn. offrir, 1. tendre. Donne ton doigt que je le soigne. approcher, avancer. Donner la main pour traverser. Donner le sein. Donner sa langue au chat.
2Organiser et offrir à des invités. Donner un bal, une réception, une fête. (Sans compl. ind.) Donner une pièce de théâtre, un spectacle. On donne une comédie à ce théâtre. jouer, représenter. Qu'est-ce qu'on donne cette semaine au cinéma ?
3Communiquer, exposer (qqch.) à qqn. communiquer, 1. dire, exposer, exprimer. Donner des renseignements par téléphone, par écrit. Donner les résultats d'un examen, d'un concours. Donner la consigne, des ordres. passer. Voulez-vous me donner l'heure exacte ? indiquer. Donner son avis, un conseil. Donner une réponse. Donner la réplique à un comédien. Donner des arguments, des explications, des détails. Donner la marche à suivre. montrer. Donner un prétexte, des raisons. apporter, fournir. Par ext. Détails que donne un rapport.
Je vous le donne en mille.
Faire pour qqn. Donner une conférence, un cours (à des élèves). Je vais vous donner lecture de cet acte. Donner (un) jugement. rendre. Donner congé à qqn. signifier.
4Transmettre, provoquer (une maladie). Le tabac donne le cancer.
5(Abstrait) Accepter de mettre à la disposition, à la portée de qqn. accorder, concéder, consentir, octroyer. Donnez-moi un peu de temps, de répit. laisser. Je vous donne deux jours pour finir ce travail. Donner son accord, son aval, son consentement, sa signature. Donner sa parole (d'honneur) : jurer, promettre.
Donner sa voix à un candidat : voter pour lui.
Donner l'autorisation, le moyen, la permission.
(Avec un compl. sans art.) Donner audience à qqn. Donner acte. Fig. Donner libre cours à sa colère. Donner prise.
6(Avec deux compl. de personne) Donner sa fille (en mariage) à un jeune homme. accorder. « Mon père m'a donné un mari » (chanson). Elle a donné deux fils à son mari. La ville s'est donné un nouveau maire, l'a élu.
Spécialt Donner un voleur à la police : le dénoncer, le livrer. Absolt et fam. dénoncer. « Avant de mourir, il serait capable de me donner » (Mac Orlan). donneur.
7Littér. DONNER (à qqn) DE...et l'inf. accorder, permettre. Le ciel nous a donné de supporter ces épreuves. (Au pass.) Être possible, permis. « Je raconterai plus tard, s'il m'est donné de poursuivre cette narration » (Duhamel).
8Assigner à qqn, à qqch. (une marque, un signe, etc.). assigner, fixer, imposer. Donner un nom à un enfant ( baptiser) . Donner un titre à un ouvrage. intituler.
9DONNER Àet l'inf. Donner une tâche à exécuter. On m'a donné cela à faire. Les livres que l'on m'a donné à lire (ou donnés à lire).Donner à entendre. insinuer. Donner à deviner.
CÊtre l'auteur, la cause de.
1Donner l'alarme, l'assaut ( livrer) , la chasse. Donner des soins, des encouragements, des consolations à un malheureux. Donner le change.
Produire (une œuvre). produire, publier. « Il donne un chef-d'œuvre après un roman confus » (Suarès).
2Être la cause de (un sentiment, un fait psychologique). 1. causer, susciter. Donner de l'embarras, des difficultés. Cela me donne envie de pleurer. Fam. Donner du fil à retordre. Cet enfant me donne bien du souci. Donner du plaisir, de la joie, du courage. Cela vous donnera le prétexte de... fournir, procurer. Cela m'a donné une idée. suggérer. Donner bonne impression, mauvaise conscience. « Savoir tirer de l'instant qui passe toutes les joies qu'il peut donner » (Louÿs). « Ça ne lui a pas donné le goût des Sciences, mais ça lui a enlevé celui des Lettres » (A. Gide).
(État physiologique) Donner chaud, soif. Aliment qui donne des forces. Donner la migraine.
Fournir. Donner lieu, matière, sujet à. provoquer.
♢ DONNER À rire, penser, etc. prêter.
3(Choses concrètes) sans compl. ind. Produire. L'eau que donne une source. Les fleurs, les fruits que donne un arbre. Cette vigne donne trente hectolitres de vin à l'hectare. rapporter, rendre. Absolt Le blé a peu donné cette année. « Dans deux ans ce cépage donnera » (A. Daudet).
Instrument de musique qui donne une note, qui donne le la. émettre. Fig. Donner le la, la note, le ton.
Fam. Avoir pour conséquence, pour résultat, effet. Je me demande ce que ça va donner. 1. faire, rendre. J'ai mis le contact et ça ne donne rien.
4Faire sentir (à qqn) l'effet de (une action physique). appliquer. Donner l'accolade. « Poète, prends ton luth et me donne un baiser » (Musset). Donner un coup, une gifle. Donner un coup de poing. fam. allonger, 1. ficher, filer, 2. flanquer, 1. foutre. Ellipt Donner le fouet.
Effectuer sur une chose (une opération qui en modifie l'état). passer. Donner un coup de peigne, de balai, de lime. Donner une couche de peinture à un banc.
5Conférer (un caractère nouveau) à une personne ou à une chose par une opération, une action qui la modifie. Donner du corps, de la solidité : consolider, corser. Condiment qui donne du goût à un plat. Cet argument donne du poids, de la valeur à sa thèse.
Loc. Donner le jour, la vie à un enfant. engendrer. Donner naissance. Donner la mort : mettre à mort, tuer. Se donner la mort. se suicider.
6(Abstrait) Considérer (une qualité, un caractère) comme propre à qqn, à qqch. accorder, attribuer, prêter, supposer. Vous lui donnez des qualités qu'il n'a pas. Quel âge lui donnez-vous ? On lui donnerait vingt ans. Donner de la valeur, du prix, de l'importance. attacher. Les médecins lui donnent trois mois à vivre, estiment qu'il ne lui reste plus que trois mois à vivre.
Donner raison, donner tort à qqn : estimer qu'il a raison, tort.
♢ DONNER (POUR) (et un attribut) :présenter comme étant. Je vous le donne pour ce qu'il vaut. On le donne pour coupable. croire, supposer. Donner une chose pour certaine, pour vraie. prétendre. « Je vous la donne pour une créature d'élite » (Balzac). Cheval que l'on donne gagnant.
II V. intr.
1Porter un coup (contre, sur). cogner, frapper, heurter. Le navire alla donner sur les écueils.
Donner de la tête contre le mur. Les cochons « grognaient rageusement en donnant de la tête contre la porte des soues » (Mac Orlan). Ne savoir où donner de la tête (I, 2o).
« Quoique le soleil donnât en plein dans la cour » (Gautier).
2Se porter (dans, vers). s'engager, se jeter, 1. tomber. Donner dans une embuscade, dans un piège. Fig. Donner dans le panneau. Il « donne constamment dans les pièges qu'on lui tend » (Chateaubriand).
Se laisser aller à. s'adonner, se livrer, se plaire. Donner dans un défaut, dans le ridicule. Fam. Donner à fond dans un excès. « Moréas donne un peu lui aussi dans ce travers » (A. Gide).
3Attaquer, charger, combattre, engager. Faire donner les blindés. « Allons ! faites donner la garde ! cria-t-il » (Hugo).
4 ♦ DONNER SUR : être exposé, situé; avoir vue, accès sur. Porte qui donne sur la rue, sur un jardin. « Une chambre dont les fenêtres donnaient sur la forêt » (Maurois).
5S'allonger, se distendre, en parlant d'un cordage, d'un tissu. Cette toile donne à l'usage. prêter.
6Vén. Donner de la voix.
Mar. Donner de la bande ( 3. bande) .
IIISE DONNERv. pron.
1Faire don de soi-même. se consacrer, se dévouer, se sacrifier, se vouer. « Celui qui se donne sans mesure, celui-là possède » (Suarès). Se donner à Dieu. « Elle se donnait à tous [...] elle s'évadait dans une grande charité impersonnelle » (Sartre). Se donner à une cause, à un parti. Se donner au travail, à l'étude. s'adonner. Absolt Se montrer. Se donner en spectacle. Se donner pour un progressiste, faire croire qu'on l'est. Se donner pour ce qu'on n'est pas.
Vx (en parlant d'une femme) Céder au désir sexuel (d'un homme). Elle s'est donnée à lui. Se donner pour de l'argent. se prostituer.
2(Pass.) Être donné. Cela ne se vend pas, cela se donne. Avoir lieu, être représenté. L'« Avare » se donne à la Comédie-Française ce soir.
3Donner à soi-même. Se donner un but. s'assigner. Se donner du temps. Se donner une contenance. Se donner du mal, de la peine. Se donner du bon temps. S'en donner à cœur joie. Ils s'en sont donné !
Arg. fam. SE LA DONNER : se méfier, être soupçonneux; s'investir complètement; se vanter.
4(Récipr.) échanger. Ils se sont donné des coups, des baisers. Ils se donnèrent le mot pour arriver en même temps. s'entendre. Se donner la main.
⊗ CONTR. Demander, réclamer, revendiquer. Accepter, recevoir. 1. Avoir, conserver, garder. Dénier, enlever, ôter, ravir, retirer, soustraire, spolier, 2. voler.

donner verbe transitif (latin donare) Céder, offrir gratuitement à quelqu'un quelque chose qu'on possédait ou qu'on a soi-même acheté à cet effet, lui en faire cadeau : Elle m'a donné son collier de perles. Remettre, attribuer, octroyer quelque chose, de l'argent à quelqu'un comme récompense ou comme salaire, comme paiement en échange de quelque chose : Combien on te donne pour faire ce travail ? Faire un don financier, participer à une collecte : Donner des aumônes aux pauvres. Remettre quelque chose à quelqu'un, faire qu'il l'ait en sa possession ou à sa disposition : On m'a donné cette enveloppe pour vous. Transmettre, communiquer quelque chose à quelqu'un, à un groupe : Donner de l'énergie à toute la classe. Fournir quelque chose à quelqu'un, le lui accorder, faire qu'il puisse en bénéficier, en profiter : Donnez-moi les moyens de réussir. Accorder quelque chose, un sentiment, une durée, etc., à quelqu'un, à quelque chose : Donner toute son attention à un travail. Attribuer un caractère, une qualité à quelqu'un, à quelque chose : On ne lui donnerait pas son âge. Communiquer quelque chose, une information à quelqu'un : Donnez-moi votre nom. Ce livre vous donnera tous les renseignements voulus. Avoir pour résultat, aboutir à quelque chose : Tous ces efforts n'ont rien donné. Produire quelque chose : Vigne qui donne de l'excellent raisin. Modifier quelqu'un, quelque chose, produire sur eux un effet, en exerçant une action : Ce petit verre vous donnera du courage. Accorder à quelqu'un ou à quelque chose telle qualité, prétendre qu'il est ceci ou cela, le présenter comme tel : Tous les journaux donnaient ce cheval gagnant. Assurer un cours, être l'organisateur d'une réception : L'ambassadeur donnera un dîner à cette occasion. Jouer un spectacle, le présenter au public : La troupe donnera une représentation dimanche. Familier. Dénoncer quelqu'un à une autorité. Équivaut avec des noms compléments à un verbe : Donner un conseil (= conseiller). Donner une réponse (= répondre). Donner un coup de téléphone (= téléphoner). Donner un nom (= nommer), etc. Entre dans la formation de locutions verbales à valeur factitive par opposition aux locutions verbales avec avoir : Donner faim, soif, raison, envie, etc.donner verbe transitif indirect Être orienté dans telle direction, ou permettre d'accéder à un lieu : Les chambres donnent sur la mer. Avoir du goût pour une activité, se complaire dans un état, le rechercher : Donner dans le snobisme. Frapper, cogner sur quelque chose, heurter : Il a donné du front contre la porte.donner verbe intransitif Attaquer, charger, en parlant d'une troupe : La cavalerie va donner. Avoir un rendement, être productif : Les tomates vont bientôt donner. Avoir une influence, un impact plus ou moins grand : La publicité donne à plein, le produit se vend très bien. Avoir une puissance plus ou moins grande, en parlant de ce qui émet un son : La radio donne à plein.donner (expressions) verbe transitif indirect Donner dans une embuscade, un piège, etc., tomber, se jeter dedans. Donner dans une histoire, dans le panneau, croire à quelque chose de faux, tomber dans un piège. Donner de sa personne, s'appliquer sincèrement, consciencieusement à une tâche, une activité, y mettre beaucoup de sa personne. ● donner (citations) verbe transitif (latin donare) Honoré de Balzac Tours 1799-Paris 1850 En toute chose, l'on ne reçoit qu'en raison de ce que l'on donne. Physiologie du mariage Albert Camus Mondovi, aujourd'hui Deraan, Algérie, 1913-Villeblevin, Yonne, 1960 Se donner n'a de sens que si l'on se possède. Carnets Gallimard Paul Claudel Villeneuve-sur-Fère, Aisne, 1868-Paris 1955 Heureux qui a quelque chose à donner, car à celui qui n'a pas, on ôtera même ce qu'il a. L'Otage, I, 1, Sygne Gallimard Sidonie Gabrielle Colette Saint-Sauveur-en-Puisaye, Yonne, 1873-Paris 1954 Le difficile, ce n'est pas de donner, c'est de ne pas tout donner. La Naissance du jour Flammarion Pierre Corneille Rouen 1606-Paris 1684 Tel donne à pleines mains qui n'oblige personne : La façon de donner vaut mieux que ce qu'on donne. Le Menteur, I, 1, Cliton André Isaac, dit Pierre Dac Châlons-sur-Marne 1893-Paris 1975 Donner avec ostentation ce n'est pas très joli, mais ne rien donner avec discrétion ça ne vaut guère mieux. L'Os à moelle Julliard Julien Green Paris 1900-Paris 1998 Académie française, 1971 Il y a autant de générosité à recevoir qu'à donner. Moïra Plon Jean de La Bruyère Paris 1645-Versailles 1696 La libéralité consiste moins à donner beaucoup qu'à donner à propos. Les Caractères, Du cœur Jean de La Fontaine Château-Thierry 1621-Paris 1695 Il lit au front de ceux qu'un vain luxe environne Que la Fortune vend ce qu'on croit qu'elle donne. Philémon et Baucis Marcel Mauss Épinal 1872-Paris 1950 Les classes et les nations et aussi les individus doivent savoir s'opposer sans se massacrer et se donner sans se sacrifier les uns aux autres. Le Don P.U.F. Marcel Mauss Épinal 1872-Paris 1950 On se donne en donnant. Le Don P.U.F. Marcel Mauss Épinal 1872-Paris 1950 On se donne en donnant. Le Don P.U.F. Marcel Mauss Épinal 1872-Paris 1950 Qu'on adopte donc comme principe de notre vie ce qui a toujours été un principe et le sera toujours : sortir de soi, donner, librement et obligatoirement : on ne risque pas de se tromper. Le Don P.U.F. Jules Michelet Paris 1798-Hyères 1874 Même pour se soumettre, il faut être libre ; pour se donner, il faut être à soi. Les Jésuites Michel Eyquem de Montaigne château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1533-château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1592 Il se faut prêter à autrui et ne se donner qu'à soi-même. Essais, III, 10 Jean-Paul Sartre Paris 1905-Paris 1980 Il faut affirmer si nous voulons comprendre, et nous donner si nous voulons sentir. Situations II Gallimard Luc de Clapiers, marquis de Vauvenargues Aix-en-Provence 1715-Paris 1747 On promet beaucoup pour se dispenser de donner peu. Réflexions et Maximes Bible Certes, les pauvres ne disparaîtront point de ce pays ; aussi je te donne ce commandement : tu dois ouvrir ta main à ton frère, à celui qui est humilié et pauvre dans ton pays. Ancien Testament, DeutéronomeXV, 11 Commentaire Citation empruntée à la « Bible de Jérusalem ». Bible Quand tu […] donnes, tu dois […] donner de bon cœur. Ancien Testament, DeutéronomeXV, 10 Commentaire Citation empruntée à la « Bible de Jérusalem ». Bible Yahvé avait donné, Yahvé a repris ; que le nom de Yahvé soit béni ! Ancien Testament, Job I, 21 Commentaire Citation empruntée à la « Bible de Jérusalem ». Bible Dieu aime qui donne avec joie. Saint Paul, Épîtres aux Corinthiens, IIe, IX, 7 Bible À qui on aura donné beaucoup il sera beaucoup demandé, et à qui on aura confié beaucoup on réclamera davantage. Évangile selon saint Luc, XII, 48 Bible Demandez et l'on vous donnera ; cherchez et vous trouverez ; frappez et l'on vous ouvrira. Évangile selon saint Matthieu, VII, 7 Luís Vaz de Camões Lisbonne 1524 ?-Lisbonne 1580 Ce que la nature ne donna que pour être donné. O que deu para dar-se a natureza. Les Lusiades, IX, 76donner (expressions) verbe transitif (latin donare) Donner à, confier à quelqu'un le soin de faire quelque chose : Elle m'a donné à lire ce texte. Donner à quelqu'un (de), lui fournir la possibilité, l'occasion de, le mettre dans une situation où il doit ou peut faire quelque chose : Le sort lui a donné de réaliser tous ses projets. Donnant, donnant, indique que rien ne saurait être accordé sans contrepartie. Donner (quelque chose) à manger, à boire, fournir, procurer, offrir de quoi manger, de quoi boire. Donner à penser, à croire, à comprendre, fournir matière à penser, à croire, à comprendre quelque chose. Donner les cartes, les distribuer. Donner un certain temps (à vivre) [à quelqu'un], penser qu'il ne vivra plus que ce temps-là : Le médecin lui donne encore six mois. Donner sa fille, son fils (en mariage), consentir à ce mariage. Familier. Donner du monsieur, du cher maître, etc., à quelqu'un, l'appeler ainsi, le plus souvent par flatterie. Donner la vie, le jour à un enfant, le mettre au monde. Donner sa vie, son sang à, pour quelque chose, quelqu'un, le leur sacrifier. Familier. Je vous le donne en cent, en mille, je vous défie de le deviner. ● donner (synonymes) verbe transitif (latin donare) Céder, offrir gratuitement à quelqu'un quelque chose qu'on possédait ou qu'on...
Synonymes :
- bailler (vieux)
- gratifier de
Contraires :
Remettre, attribuer, octroyer quelque chose, de l'argent à quelqu'un comme récompense...
Synonymes :
- échanger
Contraires :
Remettre quelque chose à quelqu'un, faire qu'il l'ait en sa possession...
Synonymes :
- déposer
Contraires :
- ôter
Transmettre, communiquer quelque chose à quelqu'un, à un groupe
Synonymes :
Contraires :
Fournir quelque chose à quelqu'un, le lui accorder, faire qu'il puisse...
Synonymes :
- concéder
- pourvoir de
Contraires :
Accorder quelque chose, un sentiment, une durée, etc., à quelqu'un, à...
Synonymes :
- dédier
Communiquer quelque chose, une information à quelqu'un
Synonymes :
Produire quelque chose
Synonymes :
- répandre
Modifier quelqu'un, quelque chose, produire sur eux un effet, en exerçant...
Synonymes :
Jouer un spectacle, le présenter au public
Synonymes :
- présenter

donner
v.
aA./a v. tr.
rI./r Remettre.
d1./d Faire don de, abandonner gratuitement et définitivement. Donner des étrennes. Donner de vieux vêtements.
|| Loc. Donner sa vie: se sacrifier.
Donner son temps à une tâche, à qqn. Syn. consacrer.
Qui donne aux pauvres prête à Dieu: Dieu nous rendra le bien que nous faisons aux malheureux.
Qui donne tôt donne deux fois: accorder promptement une grâce en double la valeur.
d2./d Céder en échange. Donnez-moi pour cent francs de sel.
d3./d Confier en dépôt. Donner des chaussures à réparer, du linge à repasser.
d4./d Attribuer, assigner. Donner des lois à un pays. Donner un nom à un enfant.
rII./r Mettre à la disposition de.
d1./d Présenter, offrir. Donner le bras, la main à qqn. Donner une soirée, une réception en l'honneur de qqn.
|| Distribuer. Donner des cartes à des joueurs.
Absol. à qui le tour de donner?
d2./d Donner qqn à qqn: accorder. Il a donné sa fille (en mariage) à son voisin.
d3./d Dénoncer, livrer. Donner ses complices.
d4./d Communiquer, transmettre. Donner de ses nouvelles. Donner l'heure. Donner un ordre.
Je vous le donne en mille: je vous défie de le deviner.
INFORM Donner des instructions à un ordinateur.
|| Exposer (qqch à qqn). Donner un cours, une conférence. Le notaire donna lecture du testament. Donner (son) congé.
(Liban) Donner (une discipline): enseigner (une discipline). Donner les langues.
|| Transmettre par contagion. Il a donné son rhume à toute la famille.
d5./d Fig. Concéder, octroyer, accorder. Il a donné son accord pour le projet. Je vous donne trois jours pour réfléchir.
(Afr. subsah.) Donner la route.
|| Donner sa parole: promettre, s'engager.
|| Donner à qqn de, permettre, accorder (surtout en tournure passive). Il m'a été donné de m'exprimer.
|| v. Pron. Se donner du bon temps, s'en donner à coeur joie: mener une vie gaie, être gai.
rIII/r Causer.
d1./d Produire. Cette source donne de l'eau potable. Notre entrevue n'a rien donné.
Absol. L'arachide n'a pas donné.
d2./d Causer, susciter. Donner du souci. Donner du fil à retordre. Donner chaud, froid, soif, faim.
Donner à...: fournir l'occasion de. Donner à penser, à entendre.
d3./d (En loc.) Exercer une action. Donner des soins. Donner des coups de pied. Donner le fouet.
Fig. Donner un coup de main: aider.
|| MAR Donner du mou à: détendre (un cordage).
d4./d Fig. Attribuer. Quel âge lui donnes-tu? Donner tort, raison à qqn.
|| v. Pron. Se donner l'air de: affecter de, faire semblant de.
d5./d (Suisse) Donner le tour: V. tour (sens III).
aB./a v. intr.
d1./d Heurter, toucher. Donner de la tête contre le mur.
Fig. Ne plus savoir où donner de la tête.
d2./d Se jeter dans. Le vent donne dans les voiles.
Fig. Donner dans le panneau.
Donner dans (un travers), y être porté.
d3./d MILIT Attaquer, charger. Faites donner la Garde!
d4./d Faire retentir, sonner. Donner de la voix, donner du cor.
d5./d Donner sur: avoir accès, avoir vue sur. Fenêtre qui donne sur la rue.
aC./a v. Pron.
d1./d Faire don de soi-même, se dévouer. Se donner à la patrie, à une cause.
|| Se donner à: accorder ses faveurs à, en parlant d'une femme.
|| Se donner en spectacle: se comporter de manière ostentatoire.
|| Se donner pour: se faire passer pour.
d2./d (Passif) être donné. Un conseil, cela se donne de bon coeur.
Se faire, être livré. L'assaut s'est donné cette nuit.
d3./d (Récipr.) Les amants se donnaient des baisers.

⇒DONNER, verbe.
I.— Emploi trans.
A.— [Implique une idée de libéralité] Faire en sorte que quelqu'un ait quelque chose.
1. Céder gratuitement et volontairement la propriété d'une chose.
a) DR. Faire une donation. La femme (...) ne peut donner, aliéner, hypothéquer, acquérir, à titre gratuit ou onéreux, sans le concours du mari (Code civil, 1804, art. 217, p. 41). La reine d'Angleterre venait précisément de vous donner les biens de Jane Talbot (HUGO, M. Tudor, 1833, I, 6, p. 53) :
1. — Avant tout, dit le père de Cécile à Schwab, comme je donnerai par contrat ma terre de Marville à ma fille, je désirerais la marier sous le régime dotal.
BALZAC, Le Cousin Pons, 1847, p. 81.
Donner et retenir ne vaut. ,,Celui qui fait une donation ne peut, sous peine de nullité de l'acte, y ajouter une clause qui en détruise l'effet`` (Ac.).
b) Usuel
) Faire don, offrir. La plus belle fille du monde ne peut donner que ce qu'elle a. Le père nous disait aussi que toutes les dames de Rheims donnent leurs bijoux pour la construction de la Justice? (CLAUDEL, Annonce, 1912, p. 18) :
2. — Je mangerais bien mon bonbon... Mais je m'en passerai, tiens, je te donne mon bonbon, prends-le, c'est pour toi.
Et, sournoisement, elle guigne le bon effet de sa générosité.
FRAPIÉ, La Maternelle, 1904. p. 221.
Donner pour. Le duc lui donna pour étrenne autant de napoléons que Lairel espérait de francs (STENDHAL, Lamiel, 1842, p. 151). Donner en. À l'époque du jour de l'an, il donna en cadeau, à chacune d'elles, une petite montre de cou (Suppl. Mém. Vidocq, t. 1, 1830, p. 33).
En partic. Donner la pièce, donner un pourboire. Loc. verbale. Chaque fois qu'on dîne chez quelqu'un, il faut donner pourboire aux domestiques (MICHELET, Journal, 1837, p. 229).
Loc. fig. Donner sa chemise, se donner le luxe de.
Spéc. Offrir à des invités. Donner un bal, un cocktail, une fête, une soirée. Le duc de Westminster donnait des garden-parties célèbres sur des gazons de velours (MORAND, Londres, 1933, p. 72). Loc. verbale. Donner soirée. Une des femmes de chambre de Mme de la Mole donnait soirée, les domestiques prenaient du punch fort gaiement (STENDHAL, Rouge et Noir, 1830, p. 337). Emploi pronom. à sens passif. Hier chez Véfour où se donnait une réception d'adieu aux ballets qui partent pour je ne sais où (GREEN, Journal, 1947, p. 87).
Au fig. Donner son amour, sa tendresse, son amitié, son cœur à qqn. Donne toute ta tendresse à ton oncle Dufour, il en est digne (GUILBERT DE PIXÉR., Coelina, 1801, I, 2, p. 7). Je serais bien attrapé si elle me prenait au mot et me donnait son cœur (STENDHAL, L. Leuwen, t. 3, 1835, p. 284) :
3. Elle pourrait m'abandonner tout son être et même me donner son cœur sans m'arracher à ce désespoir qui grandit à mesure que je l'approche.
J. BOUSQUET, Traduit du silence, 1935-36, p. 248.
Loc. fig. [Le suj. désigne une femme] Donner un enfant, un fils. L'an d'après, Marie-Louise lui donnait un fils; l'empire héréditaire avait un héritier (BAINVILLE, Hist. Fr., t. 2, 1924, p. 129). Tu m'as dit : un million si je te donnais un enfant. Je t'en donne deux : alors? (DRUON, Gdes fam., t. 2, 1948, p. 163).
Absolument
♦ Offrir en cadeau. Dis à Charpentier de m'envoyer deux exemplaires des « Soirées de Médan », un pour prêter et un pour donner (FLAUB., Corresp., 1880, p. 21).
♦ Faire l'aumône, la charité. Non seulement elle donne aux pauvres, mais elle va les chercher (CLAUDEL, Poète regarde Croix, 1938, p. 97). Je suis agacé par ton obstination à « donner aux bonnes œuvres » (VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p. 181).
Proverbes. Qui donne aux pauvres prête à Dieu; qui donne tôt donne deux fois; la façon de donner vaut mieux que ce qu'on donne.
) Au fig. Renoncer à, faire le sacrifice de, sacrifier. Donner son sang pour la patrie. Tu es prête sans doute à donner ta vie à Dieu, mais agréera-t-il ce sanglant holocauste? (COTTIN, Mathilde, t. 1, 1805, p. 287). Il m'avait aussitôt semblé que je pourrais donner ma vie pour elle (GIDE, Immor., 1902, p. 405) :
4. La valeur morale mise à jour par la révolte, enfin, n'est pas plus au-dessus de la vie et de l'histoire que l'histoire et la vie ne sont au-dessus d'elle. À la vérité, elle ne prend de réalité dans l'histoire que lorsqu'un homme donne sa vie pour elle, ou la lui voue.
CAMUS, L'Homme révolté, 1951, p. 366.
Emploi pronom. réfl. Se dévouer, se consacrer entièrement à une personne ou à une chose.
♦ [Le compl. désigne une pers.] C'est pour me donner que je te prends, reprit-il. Je veux me donner à toi tout entier, à jamais (ZOLA, Faute Abbé Mouret, 1875, p. 1406). Elle se donna tout entière à son fils (MAUPASS., Une vie, 1883, p. 202) :
5. L'ouvrier accepta l'enfant, l'orphelin adopta l'orpheline. Il la prit, il la veilla, il la vêtit, il la nourrit, il la garda, il l'éleva, il l'aima. Il se donna tout entier à cette pauvre petite créature que la guerre civile jetait dans son échoppe.
HUGO, Marie Tudor, 1833, I, 4, p. 34.
♦ [Le compl. désigne une chose abstr.] Se donner tout entier à son métier. Tu t'es donné à mes intérêts comme si c'étaient les tiens (SAND, F. le Champi, 1850, p. 99). La haute mission à laquelle il se donnait corps et âme (MARTIN DU G., Souv. autobiogr., 1955, p. LXXI) :
6. ... pour se donner tout entière à ses méditations religieuses, elle abandonna même l'étude de la musique...
BALZAC, Annette et le criminel, t. 2, 1824, p. 142.
2. P. ext. Mettre (quelqu'un) en possession (de quelque chose); mettre au pouvoir (de quelqu'un).
a) Fournir (quelque chose à quelqu'un); mettre (quelque chose) à la portée, à la disposition (de quelqu'un).
) [Le compl. désigne une chose concr. ou abstr.] Donner un siège; donner à boire, à manger; donner le sein à un enfant; donner le bras à une femme. Donner de l'avoine à un cheval (Ac.). Dites-lui qu'il apporte sa plume, car je vais lui donner de l'occupation (BARBIER, Satires, 1865, p. 166). Il lui donnait juste de quoi vivre (CAMUS, Étranger, 1942, p. 1144) :
7. Il leur donnait donc (...) non pas un revenu de cinq mille francs, mais un capital de cent mille francs. Et ce capital de cent mille francs, il le leur donnait en consolidés anglais...
JAURÈS, Ét. socialistes, 1901, p. 239.
En partic. Allo, mademoiselle, vous me donnerez le 118 à la Roche-sur-Yon (SIMENON, Vac. Maigret, 1948, p. 170). Donne-moi ma robe de chambre et une cigarette (SARTRE, Mort ds âme, 1949, p. 178) :
8. GARCIN revient vers Estelle et la prend aux épaules.
Donne-moi ta bouche.
Un temps. Il se penche sur elle et brusquement se redresse.
SARTRE, Huis clos, 1944, 5, p. 156.
Vieilli. Donner à boire et à manger. ,,Tenir auberge`` (Ac.).
Emploi pronom. réfl. indir. Se doter de. En mars 1935, Goering annonçait que le Reich était en train de se donner une puissante armée de l'air (DE GAULLE, Mém. guerre, 1954, p. 12).
Spécialement
Faire prendre. Donner un médicament à un enfant. Je vais lui donner une tisane bien sucrée (LACRETELLE, Silbermann, 1922, p. 96). La garde a dit qu'elle lui donnerait du gardénal (DRUON, Gdes fam., t. 2, 1948, p. 125) :
9. Fabrice, s'écria-t-elle à haute voix, est au pouvoir de ses ennemis, et peut-être à cause de moi ils lui donneront du poison!
STENDHAL, La Chartreuse de Parme, 1839, p. 262.
Administrer. Donner l'extrême-onction à un mourant. Le pape lui donna l'absolution (MONTALEMBERT, Ste Élisabeth, 1836, p. 293). Nous nous voyons demain matin, à huit heures. Je te rappelle qu'on donnera la sainte communion (GREEN, Moïra, 1950, p. 103).
Donner la main (à qqn). Le tenir par la main ou lui tendre la main. Elle lui donna sa main à baiser (FRANCE, Dieux ont soif, 1912, p. 102). Il avait dessiné un homme qui donnait la main à un petit garçon (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 57) :
10. HENRIET. — J'ai été frappé de ce que Soubrier, quand il rencontre de Pradts, lui donne la main le premier et ne se découvre pas...
MONTHERLANT, La Ville dont le prince est un enfant, 1951, II, 2, p. 888.
P. anal. Donner la patte. Esther laissa prendre sa main comme un chien donne la patte (BALZAC, Splend. et mis., 1844, p. 228).
Au fig. Donner la main (à qqn). L'aider. Donner main-forte. Même sens. Une sortie de la garnison parisienne, destinée à donner la main aux armées de province, fut repoussée à Champigny (BAINVILLE, Hist. Fr., t. 2, 1924, p. 219) :
11. Les officiers étaient eux-mêmes obligés de donner la main dans les virements de bord, tant l'équipage était faible.
DUMONT D'URVILLE, Voyage au Pôle Sud, t. 3, 1842, p. 3.
Vieilli. Donner les mains à qqc. L'approuver. Le prieur du couvent (...) s'était empressé de donner les mains à tout ce que Son Excellence avait paru désirer (STENDHAL, Hist. peint. Ital., t. 1, 1817, p. 21).
Expr. fig. Donner la clef (de l'énigme, du mystère, etc.); donner le bon Dieu sans confession; donner sa tête à couper; donner des verges pour se faire fouetter; donner sa langue au chat. La donner belle à qqn (cf. beau); de même : Vous nous la donnez bonne, avec votre capitaine et votre commis aux fermes (JOUY, Hermite, t. 2, 1812, p. 297). Donner de la tablature :
12. La manière de produire les différents sons dans certains instruments n'est pas exempte de difficulté : c'est de là qu'est venue l'expression proverbiale donner de la tablature pour dire causer de l'embarras.
ROUGNON 1935.
Spéc., JEUX. Donner les cartes (ou, absol., donner). Les distribuer. Donner beau jeu. Stéphane (prenant les cartes) : C'est à moi de donner (AUGIER, Gabrielle, 1850, I, p. 342) :
13. La mère (...) passe sa vie à lire des livres de piété (...) et à faire le soir quelques parties de whist ou de boston où elle se trompe en donnant, quoiqu'elle donne depuis quarante ans.
STENDHAL, Journal, 1809-11, p. 312.
) [Le compl. désigne une chose abstr.] Donner la preuve de qqc.; donner des garanties, des sûretés; donner l'assurance que; donner un cours, une leçon, une consultation; donner son vote. Roguin, notaire des Ragon, le rédacteur du contrat de mariage, donna de sages conseils au parfumeur (BALZAC, C. Birotteau, 1837, p. 42) :
14. ... oui, il est infirmier, les frisous l'ont emmené dans les écuries derrière la caserne, pour donner des soins aux blessés.
SARTRE, La Mort dans l'âme, 1949, p. 220.
Donner pour, comme. On a observé qu'une pareille nourriture amollit la fibre et même le courage. On en donne pour preuve les Indiens, qui vivent presque exclusivement de riz et qui se sont soumis à quiconque a voulu les asservir (BRILLAT-SAV., Physiol. goût, 1825, p. 70).
Emploi factitif. Sa mère s'était épuisée pour lui faire donner une éducation digne de son rang (LAMART., Raphaël, 1849, p. 248).
Emploi pronom. à sens passif. Il n'y avait que des pistes. L'une menait au bâtiment où se donnaient les cours de littérature (GREEN, Moïra, 1950, p. 239).
Loc. verbales. Donner appui, donner confirmation, donner caution, donner conseil, donner connaissance, donner communication, donner lecture. Ne doit-elle pas apprendre le latin? Et ne puis-je être aisément celui qui viendra lui donner leçon? (CAMUS, Chev. Olmedo, 1957, II, 5, p. 762).
Loc. fig., littér. Se donner (de) garde de. La capacité, les moyens sont aujourd'hui si communs dans la multitude, qu'il faut bien se donner de garde d'éveiller l'idée du concours (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 2, 1823, p. 124). Je me donnai garde de montrer le fond de ma pensée (CHATEAUBR., Mém., t. 4, 1848, p. 445).
MUS. Donner le la, la note, le ton.
En partic. Faire prendre. À quoi servent ces marchandises séduisantes? Vous le savez : à donner le goût du luxe à nos femmes (BAUDRY DES LOZ., Voy. Louisane, 1802, p. 39). Toutes les institutions cependant tendent et doivent tendre à donner à la nation des habitudes militaires (STAËL, Allemagne, t. 1, 1810, p. 53). Suggérer. Tu devrais me faire un plan de vie, me donner des idées (MONTHERL., Songe, 1922, p. 32). Au fig. Donner des idées. ,,Synonyme d'exciter`` (MACR. 1883). Montrer. Ceci donnera la mesure de son cynisme (GIDE, Si le grain, 1924, p. 587). Vous n'avez pas honte, un gradé? Vous devriez donner l'exemple (SARTRE, Mort ds âme, 1949, p. 40). Octroyer. Point de salut pour l'État, point de bonheur pour ses membres, sans un conseil suprême, permanent et chargé de donner de bonnes lois à la nation (MARAT, Pamphlets, Suppl. de l'Offrande à la Patrie, 1789, p. 54). Diffuser. Voilà bientôt un an que la station émettrice « PHOHI » donne régulièrement des programmes pour les Hollandais habitant leurs colonies (Vocabulaire radiophonique, [1933-52]).
Spéc. Procurer (un avantage). L'infériorité des armes gauloises donna l'avantage aux Romains (MICHELET, Hist. romaine, t. 1, 1831, p. 201). Procurer (une qualité, un caractère, une propriété, un état, etc.). Donner du courage, de l'énergie à qqn. Le whisky donne aux baisers un goût de lait nouveau (LARBAUD, Barnabooth, 1913, p. 254). La bouche fine et légèrement tordue. C'était ça qui lui donnait un charme très singulier (ARAGON, 1936, p. 85) :
15. ... ce qui donne une volupté pénétrante aux baisers échangés, ce doit être la certitude de pouvoir s'embrasser impunément devant le monde...
ZOLA, La Fortune des Rougon, 1871, p. 18.
Emploi pronom. réfl. indir. Se donner bonne conscience; se donner du cœur. Pourquoi votre médecin (...) boit-il de l'eau-de-vie pour se donner du cœur (...)? (FLAUB., Corresp., 1865, p. 180). Faut comme ça, de temps en temps, que je boive un verre pour me donner des forces et pour me rafraîchir (FRANCE, Crainquebille, 1904, p. 47).
Loc. verbale. Donner force. Un homme qui traite un point qui me touche de si près et qui pourrait donner force à ses écrits mal fondés, reposant sur une fausseté (CHATEAUBR., Mém., t. 4, 1848, p. 442) :
16. Ces rapports, si l'homme les pouvoit entrevoir, aucun autre législateur que Dieu ne pouvoit leur donner force de loi.
BONALD, Essai analytique sur les lois naturelles de l'ordre soc., 1800, p. 143.
Loc. Donner du bon temps (à qqn). Lui procurer du plaisir, l'amuser. Si, ce faisant, je donne du bon temps à des Cacace, tant mieux (LARBAUD, Barnabooth, 1913 p. 241).
Emploi pronom. réfl. indir. Se donner du bon temps. S'en donner (à cœur joie). En profiter pleinement. Nous passerons six mois à la campagne. Vous vous en donnerez là tout à votre aise (AUGIER, Beau mar., 1859, IV, p. 129). En voilà une vraie noce! Ah! bien, ils s'en donnent!... Dis-donc, Putois, tu les entends! (ZOLA, Le Bouton de rose, 1878, I, 1, p. 223).
) [Le compl. désigne une pers.] Donner un précepteur à un enfant (Ac.).
Spéc. Désigner. Il paraît qu'on songe déjà à me donner un successeur (ABOUT, Roi mont., 1857, p. 247).
Donner pour, comme. La reine insista pour lui donner comme successeur Tait, évêque de Londres (MAUROIS, Disraëli, 1927, p. 236) :
17. FALKENSKIELD, — (...) la reine, qui craint son esprit... a été enchantée de lui donner pour successeur...
CHRISTINE. — Quelqu'un qu'elle ne craint pas.
FALKENSKIELD. — Justement! Un aimable et beau cavalier comme mon gendre.
SCRIBE, Bertrand et Raton, 1833, V, 1, p. 215.
) Spécialement
[Le compl. désigne une manifestation artistique] Jouer, représenter, interpréter. Donner un concert, un récital; donner une pièce de théâtre. On donnait le ballet de Psyché (STAËL, Consid. Révol. fr., t. 1, 1817, p. 337). Ils ne venaient pas boire, mais donner une sérénade aux consommateurs (T'SERSTEVENS, Itinér. esp., 1963, p. 268) :
18. ... il n'y a plus d'argent pour la musique [dans les villes d'Italie]; au lieu de beaux opéras, l'on donne des pendaisons.
STENDHAL, Vie de Rossini, 1823, p. 239.
Emploi pronom. à sens passif. Hier à la Comédie-Française où se donnait l'Avare. Un acteur très connu jouait le rôle d'Harpagon (GREEN, Journal, 1947, p. 131).
Emploi pronom. réfl., expr. fig. Se donner en spectacle. Un avocat, lorsqu'il plaide, se donne en spectacle (BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p. 36).
VÉN. Donner le cerf aux chiens. ,,Lancer le cerf`` (Ac.). De même, donner les chiens, donner la meute (Ac.).
Donner au change. Le vieux dix cors des Orfosses avait donné au change le daguet rouge (GENEVOIX, Dern. harde, 1938, p. 79). Donner le change.
Au fig. En nous constituant sur le pied de guerre, nos ennemis ont déjà rempli leur objet : toutes les dissertations qui laissent ce point essentiel à l'écart, sont étrangères à la question. Elles ne peuvent servir qu'à donner le change au public (ROBESP., Discours, Sur la guerre, t. 8, 1792, p. 151).
b) Accorder. Donner une interview. Orso se hâta de donner son assentiment à ce projet (MÉRIMÉE, Colomba, 1840, p. 125) :
19. La clause portant que les époux se marient sans communauté, ne donne point à la femme de droit d'administrer ses biens, ni d'en percevoir les fruits ...
Code civil, 1804, art. 1530, p. 283.
SYNT. Donner l'autorisation, la permission de faire qqc; donner le feu vert; donner son accord, son adhésion, son attention à qqc.; donner son consentement à qqn; donner un délai, du répit; donner sa chance à qqn.
Impersonnellement. Mais j'ai remarqué une disposition analogue chez toutes les personnes véritablement supérieures qu'il m'a été donné de fréquenter (FRANCE, Vie littér., t. 1, 1888, p. 117). Jamais par le destin il ne sera donné À ton Iphigénie un jour plus fortuné (MORÉAS, Iphigénie à Aulis, 1903, p. 163) :
20. Sans doute ne me sera-t-il pas donné d'assister à la restauration des valeurs morales pour laquelle il y aurait eu joie à vivre...
GIDE, Journal, 1942, p. 134.
Loc. verbales. Donner audience, donner asile; donner acte, donner quittance et décharge, donner gain de cause, donner crédit, donner créance; donner attention, donner réponse; donner suite, donner satisfaction (à une demande). Je vous donne congé de parler, Monsieur le Chancelier (CLAUDEL, Soulier, 1929, 4e journée, 9, p. 913). Je demandai au ministère de me donner autorité sur la place de Paris (JOFFRE, Mém., t. 1, 1931, p. 357) :
21. À votre sens, l'État marche toujours assez bien, quand il vous donne licence de faire tout ce que vous voulez...
MONTHERLANT, La Reine morte, 1942, I, 1er tabl., 3, p. 146.
En partic. Concéder, laisser. Monsieur, acheva le comte, je vous donne trois minutes pour recommander votre âme à Dieu (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 3, 1859, p. 267). Je vous donne un mois pour réfléchir, se hâta d'ajouter le chevalier (THEURIET, Mariage Gérard, 1875, p. 122).
Spéc. Combien de jours M. Javelinot me donne-t-il encore à vivre? (BERNANOS, Dialog. Carm., 1948, 2e tabl., 7, p. 1597).
Emploi pronom. réfl. indir. Je me suis donné quinze ans pour parvenir à mes fins (DUHAMEL, Journal Salav., 1927, p. 20). Il les a, se dit Lulu en buvant une gorgée pour se donner le temps de réfléchir (DRUON, Gdes fam., t. 2, 1948, p. 49).
Absol. La dernière journée s'était écoulée (...) à reculer de quart d'heure en quart d'heure (...) ils [le père Rouault et Charles] s'allaient quitter (...) Charles se donna jusqu'au coin de la haie, et enfin, quand on l'eut dépassée : — Maître Rouault, murmura-t-il... (FLAUB., Mme Bovary, t. 1, 1857, p. 126).
Loc. fig. Donner (sa) parole. Promettre solennellement. Veux-tu que je te donne ma parole que... (SARTRE, Mains sales, 1948, 6e tabl., 4, p. 242) :
22. ... je te donne parole que si je mérite de me retrouver devant Dieu souverain, je demanderai que tu ne meures pas sans confession.
CAMUS, La Dévotion à la croix, 1953, 1re journée, p. 534.
Spéc. [Le suj. désigne une chose] Rendre possible. Donner entrée, passage. La porte qui donnait accès dans le salon du vieux Bob (G. LEROUX, Parfum, 1908, p. 144) :
23. Un haut massif de sapins arrêtait le regard en face. Sur la droite, une trouée donnait vue sur la plaine qui s'étalait, toute nue, jusqu'aux fermes lointaines.
MAUPASSANT, Contes et nouvelles, t. 2, Première neige, 1883, p. 413.
Au fig. Donner ouverture. La présomption de survie qui donne ouverture à la succession dans l'ordre de la nature, doit être admise (Code civil, 1804, art. 722, p. 132).
) Décerner, conférer. Donner une décoration, la Légion d'honneur, la palme. Le roi me donne la croix et m'invite à son sacre (HUGO, Corresp., 1825, p. 399).
En partic. Dans cette bonne et chaleureuse lettre, Monsieur, vous me donnez le titre d'ami. Merci mille fois; je ne l'oublierai point, et j'espère vous prouver un jour que vous ne vous êtes point trop aventuré (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 1, 1859, p. 422).
Emploi factitif. Voyons, pourquoi n'avez-vous pas fait donner le prix de poésie à Rodenbach? (GONCOURT, Journal, 1892, p. 247).
Emploi pronom. à sens passif. Le hasard m'avait mis entre les mains des volumes très différents de ceux qui se donnaient en prix dans les distributions (BOURGET, Disciple, 1889, p. 77).
Loc. verbale. Donner rang. Homme, relève-toi. Il t'appelle; il te donne rang parmi ses prêtres (SAINT-MARTIN, Homme désir, 1790, p. 342).
) Attribuer.
Donner de l'importance, de la valeur à qqc. Il faut donner au mot distraction une signification encore plus large (JACOB, Cornet dés, 1923, p. 15) :
24. ... la surprise et la curiosité donnoient à mes yeux du prix aux moindres choses; je jouissois de tout avec ravissement...
GENLIS, Les Chevaliers du Cygne, t. 3, 1795, p. 260.
En partic. [Le compl. second désigne une pers.] On lui aurait donné trente ans, quand on l'entendait causer (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 690). Je reconnus, sous ses soixante-dix ans, le bon Jacobus Dubroquens. On lui eût donné plus que son âge, à voir les rides de ses joues (FRANCE, P. Nozière, 1899, p. 125).
Emploi pronom. réfl. indir. Se donner la gloire d'une chose qu'on n'a pas faite (Ac.). On se donne un renom de vertu à peu de frais (CHATEAUBR., Mém., t. 2, 1848, p. 578).
Expr. fig. Se donner les gants de. Se faire fort de. Les derniers dissidents (...) se donnèrent les gants de reconnaître les hautes vertus chrétiennes de monseigneur Duèze (DRUON, Loi mâles, 1957, p. 169) :
25. Vous entendez, Paule? L'instituteur et sa femme se donnent les gants de faire écosser leurs haricots par mon petit-fils. On aura tout vu!
MAURIAC, Le Sagouin, 1951, p. 125.
Spéc. Donner raison, tort.
Donner (un) nom, un titre. Le composé auquel on donne le nom de cinabre (COURNOT, Fond. connaiss., 1851, p. 336). Ici on la nomme Ondine, mais je veux lui donner mon nom, qui est celui de la mère de Dieu (MÉNARD, Rêv. païen mystique, 1876, p. 88).
Donner pour. Michel Lévy, qui passe pour un homme fort habile, m'a proposé de donner pour titre à l'ouvrage « La Révolution française » (TOCQUEVILLE, Corresp. [avec Reeve], 1856, p. 164).
Emploi pronom. réciproque. Tuet et Patouillet se donnant de l'illustre (HUGO, Toute la lyre, t. 1, 1885, p. 298).
c) Remettre aux soins de.
) [Le compl. désigne une chose concr.] Donner un paquet au voiturier (Ac.). La femme est levée. Scholl lui donne cinq francs pour aller chercher de quoi faire un punch (GONCOURT, Journal, 1857, p. 368) :
26. ... La Corbinière lui donna une lettre pour Angélique de Longueval. Mais, craignant qu'elle ne fût vue, il lui recommanda de la mettre sous une pierre avant d'entrer au château, afin que si on le fouillait on ne trouvât rien.
NERVAL, Les Filles du feu, Angélique, 1854, p. 540.
Expr. fig. Donner du fil à retordre. En donner à qqn. ,,Le tromper`` (Ac.).
) [Le compl. désigne une chose abstr.] Donner sa démission. Je lui donnerai la place de caissier, car le père Baudrand me quitte (BALZAC, Cous. Pons, 1847, p. 318). On lui donna le commandement de la cavalerie lyonnaise (LAMART., Confid., 1849, p. 311).
Loc. verbales. Donner blanc-seing, — carte blanche, - procuration, — mandat :
27. J'attends toujours la lettre que vous m'annoncez de M. Jettrand. Du moment où Tarride ne nie plus la part de Hetzel et où Hetzel déclare qu'il me donne commission de la toucher, je ne comprends plus l'obstacle.
HUGO, Correspondance, 1863, p. 441.
) Spéc. [Le compl. désigne une pers. ou ce qui la représente]
♦ Accorder (en mariage). Donner sa fille en mariage à qqn. Quel père voudrait donner sa fille chérie à un tel homme! (STENDHAL, Rouge et Noir, 1830, p. 449).
Donner sa main. Épouser. Si le conseil des évêques ne lui étoit pas favorable, Mathilde seroit peut-être forcée à donner sa main à Lusignan (COTTIN, Mathilde, t. 2, 1805, p. 147).
Arg. Donner qqn. Le livrer à la police, le dénoncer. Je lui ai fait savoir que tu es un chic type, à la coule, incapable de donner les vrais copains (L. DAUDET, Phryné, 1937, p. 162). C'est dangereux les drogués, dit Henri, ça donnerait père et mère (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 287).
Expr. fig. Donner qqn au diable. Expr. employée pour exprimer l'impatience ou la colère envers qqn :
28. M. Troupeau a arrêté que jusqu'au retour du comte on ne parlerait chez lui que politique; aussi Virginie se meurt d'ennui, et donne au diable M. de Senneville.
KOCK, La Pucelle de Belleville, 1834, p. 196.
Emploi pronom. réfl.
Se donner (à qqn). Se livrer à son pouvoir, se mettre sous sa domination. Les Génois se donnèrent à Charles VI (Ac.). Un peuple était un peuple avant même de se donner à un prince (GUÉHENNO, Jean-Jacques, 1952, p. 59).
Expr. fig. Se donner au diable. Faire de grands efforts. Ordinairement on se donne au diable pour faire une exposition; avec moi, c'est l'affaire de deux mots (LECLERCQ, Proverbes dram., Manie proverbes, 1835, 10, p. 45).
♦ [Le suj. désigne une femme] Se donner (à un homme). Lui accorder ses dernières faveurs. Il prétendait que la femme ne devait se donner qu'en légitimes noces (BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p. 324) :
29. ... laissez-moi vous dire que l'opinion de cette... femme n'a pas la moindre valeur. Elle se donnerait à un gorille, si un gorille lui faisait la cour.
GREEN, Moïra, 1950, p. 175.
d) Porter à la connaissance de, faire connaître, communiquer. Donner son adresse à qqn; donner les raisons de sa conduite. M. Cavaignac nous a fait la faveur de nous donner le texte authentique (CLEMENCEAU, Iniquité, 1899, p. 462). D'une voix aigre, à peine intelligible, il donna les résultats du premier tour de scrutin (DRUON, Gdes fam., t. 2, 1948, p. 27) :
30. Le commissaire près du tribunal d'appel donnera ses conclusions par écrit, dans les dix jours qui suivront la réception des pièces...
Code civil, 1804, art. 293, p. 55.
SYNT. Donner de ses nouvelles à qqn; donner l'emploi de son temps; donner des explications; donner un renseignement, un tuyau; donner le signalement de qqn; donner son avis, son opinion; donner un démenti; donner l'alarme, le signal; donner l'éveil; donner un avertissement; donner la réplique.
Loc. verbales. Je vous donne avis que je mets demain 27 avril, à la diligence, un paquet à v(otre) adresse (BALZAC, Corresp., 1831, p. 513). Je vous donne avertissement que je le ferai (CLAUDEL, Soulier, 1929, 1re journée, 5, p. 667).
Emploi pronom. réciproque. Se donner le mot.
En partic. Décliner (son nom, etc.). Il donna ses nom et qualités : Docteur David Matthieu, médecin en chef de l'hôpital Ambroise-Paré, officier de la Légion d'honneur (FRANCE, Crainquebille, 1904, p. 20).
Emploi pronom. réfl. Se donner pour, comme. Se faire passer pour. Un homme se présenta chez lui, qui refusa de se nommer, mais qui se donna comme chevalier de Malte (GUÉHENNO, Jean-Jacques, 1952, p. 169) :
31. Je me donnais pour une femme de condition qui avait épousé à Constantinople un vieux mari expatrié dans sa jeunesse pour duel...
SÉNAC DE MEILHAN, L'Émigré, 1797, p. 1784.
Spécialement
♦ Manifester. Donner des signes d'impatience, d'inquiétude, de perplexité; donner des marques d'estime :
32. ... cher monsieur, vous aurez demain la rosette d'officier de la Légion d'honneur. Je suis heureux que les hasards de la politique et de la vie me permettent de donner ce témoignage d'admiration à l'un des hommes qui honorent le plus les Lettres françaises.
RENARD, Journal, 1900, p. 597.
Loc. verbales. Charles-Marie suivit le commissaire sans donner signe d'émotion (CHAMPFL., Souffr. profess. Delteil, 1855, p. 119). Ne me laissez plus, je vous prie, six mois sans me donner signe de vie (TOCQUEVILLE, Corresp. [avec Gobineau], 1855, p. 243).
♦ Signifier, intimer. Je donnai l'ordre au cocher de s'éloigner (DANIEL-ROPS, Mort, 1934, p. 340).
Loc. verbales. Donner ordre, — assignation, — congé. Je donne ordre au 20e Corps de marcher contre le front Baronville (FOCH, Mém., t. 1, 1929, p. 49).
Donner pour. Je leur donnai pour instruction de hâter la formation, autour de Jean Moulin, du Conseil national de la résistance (DE GAULLE, Mém. guerre, 1956, p. 37).
Spéc. Donner ses huit jours à un domestique. Le renvoyer.
♦ Souhaiter. Il donna le bonjour au prêtre (FRANCE, Orme, 1897, p. 52) :
33. Il leva une épaule, questionna un peu, comme par politesse, parla de son voyage, des blés qui s'annonçaient beaux partout, puis donna le bonsoir.
POURRAT, Gaspard des Montagnes, Le Château des sept portes, 1922, p. 197.
Au fig. Considérer, regarder comme. Donner une personne ou une chose pour telle ou telle, comme telle ou telle (Ac.). Je ne les donne pas pour des ultramontains bien farouches (BREMOND, Hist. sent. relig., t. 4, 1920, p. 108).
♦ Supposer. À cette époque on donnait 1080 environ comme date de la « chanson » (THIBAUDET, Réflex. litt., 1936, p. 211).
3. [Implique une idée d'échange] Céder (quelque chose) en échange de quelque chose. Donner à perte. Combien donnez-vous à vos domestiques par mois? (Ac. 1932). Combien voulez-vous que je vous en donne? (Ac.). Danse avec moi, je te donne cent francs (ARLAND, Ordre, 1929, p. 481). Si tu... cesses de frapper le fou, dit Kyo, quand je sortirai je te... donnerai cinquante dollars (MALRAUX, Cond. hum., 1933, p. 392) :
34. Pour se débarrasser de moi, calculais-je, il faudra bien à présent qu'elle me donne au moins vingt dollars... peut-être même davantage...
CÉLINE, Voyage au bout de la nuit, 1932, p. 277.
Expr. fam. C'est donné. C'est très bon marché.
Donner pour. On ne donne rien pour rien; en donner à qqn pour son argent. Il donnait par mois cent francs à cette dernière pour la nourriture (ZOLA, Conquête Plassans, 1874, p. 1066).
Donner gros. Vous devriez donner gros pour savoir ce que je sais (POURRAT, Gaspard, 1931, p. 232).
P. hyperb. Je donnerais un doigt de ma main pour une vraie nuit, complète, une vraie nuit d'absence, de néant (DUHAMEL, Nuit St-Jean, 1935, p. 87). Je ne donnerai pas un fétu pour changer leur blâme en louange (GUÉHENNO, Jean-Jacques, 1952 p. 100) :
35. Que ne donnerais-je pour savoir les riens dont s'entretenaient, par exemple quelques personnes attablées dans cette même maison vers 1780...
GREEN, Journal, 1946, p. 19.
Donner en. Donner en échange, en acompte, en fief.
Donner à. Le théâtre du Roi à Londres est dirigé par la haute noblesse, qui le donne à entreprise (STENDHAL, Rossini, 1823, p. 225).
B.— [Implique une idée d'action physique ou morale qui s'exerce sur qqn ou qqc.] Faire en sorte que quelqu'un ou quelque chose ait, reçoive ou obtienne quelque chose.
1. Faire parvenir (quelque chose à quelqu'un ou quelque chose). Muse prends ton luth et me donne un baiser (MUSSET, Nuit mai, 1835, p. 59). Il donna une chiquenaude à sa médaille coloniale (DABIT, Hôtel Nord, 1929, p. 178). On me donne un coup de pied au cul et je tends l'autre fesse (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 365) :
36. En passant devant la rue de la Huchette, l'odeur de ces admirables broches qui tournaient incessamment vint chatouiller son appareil olfactif, et il donna un regard d'amour à la cyclopéenne rôtisserie...
HUGO, Notre-Dame de Paris, 1832, p. 304.
SYNT. a) Donner une caresse, une gifle; donner à qqn une tape sur l'épaule. b) Donner un coup de main, un coup d'œil.
Emploi pronom. réfl. indir. Sylvaine Dual (...) était restée en arrière pour se donner un coup de peigne (DRUON, Gdes fam., t. 2, 1948, p. 68). Réciproque. Les deux cousins se donnèrent une poignée de main énergique (CHAMPFL., Bourgeois Molinch., 1855, p. 75). Nous nous donnâmes l'accolade (DU BOS, Journal, 1928, p. 212).
♦ Spéc. Donner l'assaut, la chasse. Loc. verbale. Donner bataille. On trouvait rarement des généraux empressés à donner bataille (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 239).
En partic. Infliger (une punition, un châtiment, etc.). Donner un pensum, une pénitence; donner le fouet. On donna la bastonnade à plusieurs autres, de qui on exigea en outre des rançons ruineuses (LAMART., Voy. Orient, t. 1, 1835, p. 269) :
37. Quand elle veut donner une correction à mon frère, il saute sur un manche de balai, se campe devant elle, et je te jure qu'elle s'arrête court.
RENARD, Poil de Carotte, 1894, p. 195.
Vieilli. Donner les fers. Mettre aux fers. Quoi, sans égard pour votre rang, on osa vous donner des fers? (COTTIN, Mathilde, t. 1, 1805, p. 330).
Spéc., emploi pronom. réfl. indir. Se donner beaucoup de peine, de mal (supra A 2 c , se donner au diable). Faire de grands efforts. Elle nous fit mettre à genoux, se donna beaucoup de peine pour soulever la main droite et, à tour de rôle, nous la posa sur le front (H. BAZIN, Vipère, 1948, p. 28).
Formule de politesse. Donnez-vous la peine de vous asseoir. Donnez-vous la peine d'entrer (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 333).
2. Faire obtenir (une forme, une tournure, une attitude, un état, etc.).
a) [Le compl. second. désigne une pers.] Donner une expression froide à son visage. Ils [les Chouans] montraient sur leurs figures et dans leurs attitudes cette expression uniforme que donne le malheur (BALZAC, Chouans, 1829, p. 6). Ses yeux bleus et fixes lui donnaient l'apparence d'une statue d'église (BARRÈS, Colline insp., 1913, p. 144) :
38. Elle s'est luxé le coude cet été et en conserve une certaine prudence à la descente des escaliers, qui lui donnait une allure de vieille dame.
AMIEL, Journal intime, 1866, p. 530.
Emploi pronom. réfl. indir. Se donner l'air, l'apparence de; se donner une contenance, de grands airs de mystère, des airs d'importance. Il se donna les allures d'un matador aux pieds duquel va tomber le taureau furieux (SOREL, Réflex. violence, 1908, p. 31) :
39. ... Gérard fit une grimace en entrant : telle était sa manière de se donner un maintien vis-à-vis des personnes qu'il voyait pour la première fois.
CHAMPFLEURY, Les Aventures de Mlle Mariette, 1853, p. 13.
b) [Le compl. second. désigne une chose concr.] Donner de la consistance à une sauce. Donner de la pente à un terrain, donner de l'ampleur à une robe (Ac.). L'inclinaison à donner [aux talus d'une carrière] ne correspond pas au talus naturel de la roche en place (J. CAHEN, BRUET, Carrières, 1926, p. 61) :
40. Puis, afin de s'accorder à l'atmosphère d'enthousiasme un peu débraillé, d'improvisation ardente, il [Dubourg] donna du mou à sa cravate...
ARNOUX, Roi d'un jour, 1956, p. 111.
Loc. verbale. Donner tournure. Il y avait sur les portes des cartes de visite manuscrites qui donnaient tournure de châteaux à ces cabanes (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 335).
c) [Le compl. second. désigne une chose abstr.] Elle comprenait que ce qu'elle allait décider cette nuit même donnerait bon ou mauvais pli à toute sa vie (POURRAT, Gaspard, 1925, p. 80). Un léger brouillard donnait de la profondeur à toutes les échappées de vue (DUHAMEL, Désert Bièvres, 1937, p. 89).
Loc. verbales. Donner corps. Les rêves qui, durant notre sommeil, donnent corps aux émanations de notre vie profonde (HUYGHE, Dialogue avec visible, 1955, p. 306). Donner forme. Il donne forme à une politique de croissance qui pour nous et pour autrui (...) ne se déduit d'aucune recette néo-classique (PERROUX, Écon. XXe s., 1964, p. 541).
3. Imprimer, transmettre (une force, un mouvement, etc.). Donner une impulsion, une direction à qqc. Organes musculaires destinés à donner l'impulsion au sang (CUVIER, Anat. comp., t. 1, 1805, p. 40). Le jeune Rastignac était évidemment l'« amuseur » de cette loge, il donnait le branle à ce rire parisien (BALZAC, Illus. perdues, 1843, p. 190) :
41. — J'ai besoin de quelqu'un qui puisse lui donner l'élan et la direction de cet élan; donc de quelqu'un presque aussi jeune que lui...
MALÈGUE, Augustin, t. 1, 1933, p. 358.
Pop. Donner la gomme.
Loc. verbales. Donner cours. Je donnais cours à mes invectives avec une joie féroce (FROMENTIN, Dominique, 1863, p. 183). Donner carrière. Il pouvoit donner carrière à l'impétuosité de ses pensées (NODIER, J. Sbogar, 1818, p. 157). Donner effet. Le gouvernement britannique (...) envisageait de donner effet aux engagements qu'il avait bien voulu prendre (DE GAULLE, Mém. guerre, 1956, p. 370).
4. Spéc. Assigner, indiquer. Donner un rendez-vous.
Donner pour. Tieck donne pour but au poète « la transformation de ces impulsions naturelles en une clarté céleste » (BÉGUIN, Âme romant., 1939, p. 222).
Emploi pronom. réfl. indir. Se donner pour, comme. Je me donnai pour occupation de remplir uniquement la mission d'Olivier (FROMENTIN, Dominique, 1863, p. 223). Les gouvernants démocratiques se donnent pour mission de réaliser l'« unité morale » de la France (SOREL, Réfl. violence, 1908, p. 268) :
42. On trouverait aisément dans les bons écrivains cette sorte de matière étrangère qu'ils ont reçue d'un narrateur. C'est donc une très bonne condition si l'on se donne comme tâche de fixer un récit que l'on a entendu et qu'on ne veut point changer...
ALAIN, Propos, 1923, p. 553.
En partic. Donner à deviner. Défier de deviner :
43. Un des grands amusements de monsieur est d'écrire des vers avec les premières lettres de chaque mot, et de les donner à deviner à toute sa cour.
STAËL, Lettres de jeunesse, 1786, p. 108.
Expr. Je vous le donne (à deviner) en dix, en vingt, en mille. Je vous donne en vingt ce qui vient de m'arriver (DRUON, Gdes fam., t. 2, 1948, p. 160) :
44. ... la semaine dernière, j'ai eu une visite... Tu ne devines pas qui?... Je te le donne en mille... On a parlé de toi... Mais ton grand copain, voyons, M. Grischa...
CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 89.
C.— [Implique une idée d'orig., de causalité, etc.] Faire en sorte que quelqu'un acquière quelque chose ou soit affecté par quelque chose.
1. Être la cause, la source de; avoir pour effet. Une lame élastique de métal, qui prend aussitôt un mouvement alternatif propre à donner un son (CUVIER, Anat. comp., t. 4, 1805, p. 451).
a) Domaine des événements ou des accidents de la vie.
) Donner le vertige, la migraine, des frissons; donner la chair de poule. Un pudding de causeries à donner la fièvre cérébrale au bourgeois qui était dans le wagon (GONCOURT, Journal, 1860, p. 778). Il n'arriva même pas à ce terrible oral, dont la pensée, la nuit, lui donnait des sueurs froides (ROLLAND, J.-Chr., Antoinette, 1908, p. 892) :
45. ... c'est la mort que je veux, la mort qui délivre, qui sauve de toutes les pourritures... Entends-tu! Je nie la vie, je la refuse, je crache sur elle. Tes fleurs puent, ton soleil aveugle, ton herbe donne la lèpre à qui s'y couche...
ZOLA, La Faute de l'Abbé Mouret, 1875, p. 1473.
En partic. [Le suj. désigne une pers. ou un animal] Donner une maladie. La transmettre par contact, par contagion :
46. Dès quinze ans, il en connaissait deux seules espèces [de femmes] : « celles qui veulent vous mettre le grappin » et « celles qui donnent des maladies ».
MAURIAC, Génitrix, 1923, p. 366.
P. anal. Je lui en veux seulement [à son père] de m'avoir donné sa vilaine bouche (COLETTE, Mais. Cl., 1922, p. 99).
) [Le suj. désigne une pers.]
Donner (le) jour, donner naissance. Mettre au monde. Une jeune femme, attachée au service de la maison, venait de donner le jour à un beau garçon (SAND, Hist. vie, t. 1, 1855, p. 299).
Donner (la) vie. Faire vivre. Jusqu'à présent on n'a pu donner la vie à la matière brute (C. BERNARD, Princ. méd. exp., 1878, p. 275). Pour donner vie à mes personnages, il me suffit le plus souvent de les laisser agir et parler (MARTIN DU G., Souv. autobiogr., 1955, p. CXVI).
Donner la mort. Faire mourir, tuer. L'hôpital, où ils venaient chercher la guérison, leur a donné la mort (CADET DE GASSICOURT, Mal. enf., t. 1, 1880-84, p. 191). C'était difficile de croire qu'on pouvait donner la mort avec ces engins-là (SARTRE, Mort ds âme, 1949, p. 155).
Emploi pronom. réfl. indir. Se donner la mort. Se suicider :
47. ... le commissaire de police de Boulogne n'a trouvé dans la cellule de Henry ni sa valise ni même l'arme dont il s'est servi pour se donner la mort...
CLEMENCEAU, Vers la séparation, 1899, p. 130.
b) Domaine de la sensation. Donner la berlue. Elle me donnait des satisfactions charnelles (PROUST, Prisonn., 1922, p. 95) :
48. Excellente éducation! qui eût fait d'elle la maîtresse déférente mais non intimidée d'un prince, et qui lui laissait tous ses moyens pour donner du plaisir. Qualité trop rare.
BARRÈS, Le Jardin de Bérénice, 1891, p. 36.
Loc. verbales. Donner appétit, donner faim, donner soif, donner envie.
Emploi pronom. réfl. indir. Il ferma les yeux, il se donna la volupté de les rouvrir lentement, pour avoir l'éblouissement d'un second réveil (ZOLA, Faute Abbé Mouret, 1875, p. 1334) :
49. ... au milieu des blés en été, contre un mur en hiver, elle [la Mouquette] se donnait du plaisir, en compagnie de son amoureux de la semaine.
ZOLA, Germinal, 1885, p. 1155.
c) Domaine du sentiment. Donner une émotion; donner du souci, du chagrin, du tourment, de l'ombrage; donner des inquiétudes, des tracas, des regrets, des remords; donner le cafard. Ses deux premiers enfants ne lui avaient donné qu'une joie froide, un bonheur sans égayement (GONCOURT, R. Mauperin, 1864, p. 19). Plus j'étais enclin à croire à mon importance, plus tu me donnais le sentiment de mon néant (MAURIAC, Nœud vip., 1932, p. 17) :
50. Il me semble parfois que j'aimerais mieux me couper la main que de chercher à plaire à ce public-là. Faire des frais pour capter ses suffrages, me donne des répugnances voisines de la révolte.
AMIEL, Journal intime, 1866, p. 154.
Emploi pronom. réfl. indir. Si ton père est malade, ne le quitte pas, Jean, tu te donnerais des remords pour toute ta vie (BALZAC, Méd. camp., 1833, p. 85). Pourquoi se donner tant de soucis au sujet de Gilberte (PROUST, Sodome, 1922, p. 1013).
d) Locutions
Donner à + inf. Prêter à. Donner à rire.
En partic. Donner à entendre, à penser, à réfléchir, à supposer.
Donner lieu à. Fournir l'occasion de :
51. ... les personnes qui ont été particulièrement actives dans la résistance et dont la présence pourrait donner lieu à des représailles pourront, individuellement, être autorisées à s'éloigner.
DE GAULLE, Mémoires de guerre, 1959, p. 474.
Donner matière à, prétexte à, occasion de. Même sens. Elle doit souvent donner matière à la médisance, car elle parle fort librement (DELÉCLUZE, Journal, 1824, p. 27). La circoncision donne prétexte à des divertissements assez libres (FARAL, Vie temps St Louis, 1942, p. 229) :
52. Le livre qu'un écrivain doit écrire, le sujet qu'il doit choisir, c'est celui qui lui permet d'employer toute son expérience, d'entrer en relation avec toutes les émotions qu'il a accumulées dans son âme, le livre qui lui donne occasion de déployer son âme.
BARRÈS, Mes cahiers, t. 12, 1919, p. 60.
2. Être à l'origine de.
a) [Le suj. désigne le sol, un arbre, etc.] Produire. Ce pays donne beaucoup de blé. Oliviers sauvages qui n'attendent que la greffe pour donner d'excellents fruits (ABOUT, Grèce, 1854, p. 112). L'arbre donne les fruits qu'il a transformés de la terre (SAINT-EXUP., Citad., 1944, p. 656).
P. métaph. L'intelligence des types cyclothymes oscille autour de la moyenne, tandis que les schizoïdes donnent des rendements extrêmes et très inégaux (MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 605).
P. anal. Cette école a donné des peintres célèbres (Ac.) :
53. Le patriciat vaincu donna un sénatus-consulte par lequel il approuvait et confirmait à l'avance tous les décrets que le peuple porterait cette année-là.
FUSTEL DE COULANGES, La Cité antique, 1864, p. 396.
b) [Le suj. désigne une chose abstr.] Rapporter. L'emprunt ottoman donne 25%. Voilà tout ce que je sais, mon bibi! (FLAUB., Corresp., 1866, p. 216).
c) [Le suj. désigne une pers.] Être l'auteur de. Il donna une traduction nouvelle des dix premiers chapitres du « Sépher » (P. LEROUX, Humanité, t. 2, 1840, p. 513).
3. Avoir pour conséquence, pour résultat. Les recherches n'ont rien donné. Un mortier de 280 qui donna d'excellents résultats (JOFFRE, Mém., t. 1, 1931, p. 72). De telles opérations ne donnent aucun résultat durable (CARREL, L'Homme, 1935, p. 218).
4. Être égal à. 2050 divisé par 11 donne 186 (P. LEROUX, Humanité, t. 2, 1840 p. 597).
II.— Emploi intrans.
A.— [Implique une idée de direction vers et de contact, de choc]
1. Frapper, battre :
54. On dirait que le soleil du 10 août, qui se lève déjà à l'horizon, lui donne sur la tête [de Saint-Just] et lui embrase le cerveau...
SAINTE-BEUVE, Causeries du lundi, t. 5, 1851-52, p. 344.
Expr. Donner sur les doigts (à qqn). Je te préviens, moi, que ma canne en furie Va donner sur les doigts à ta forfanterie (AUGIER, Diane, 1852, II, p. 15).
Au fig. Réprimander :
55. ... j'avais tellement l'impression qu'Andrée cherchait à faire donner sur les doigts à Albertine que mon amie me devenait aussitôt sympathique et que ma colère tombait.
PROUST, La Prisonnière, 1922, p. 283.
Loc. fam.
Donner sur les nerfs (à qqn). L'irriter. La musique surtout me donne sur les nerfs (AUGIER, Gabrielle, 1850, I, p. 377). Il s'aperçoit depuis quelque temps qu'il donne terriblement sur les nerfs à sa femme (SAINTE-BEUVE, Nouv. lundis, t. 5, 1863-69, p. 6).
Donner dans l'œil. Plaire :
56. Indéniablement gironde, cette Cora (...) donne dans l'œil au môme Darius, fils d'Artaxerxès, qui s'emballe à fond sur elle quoiqu'elle ait pagnotté avec feu son oncle...
COLETTE, Claudine s'en va, 1903, p. 287.
Spéc. [Le suj. désigne le soleil] Darder. Le soleil donnait en plein sur lui [l'inconnu] et faisait rayonner sa chevelure (SAND, Spiridion, 1839, p. 205). Quand le soleil y donne c'est une fournaise : quand la tramontane souffle, une glacière (A. DAUDET, Pt Chose, 1868, p. 53).
Donner de (+ compl. d'instrument, de moyen). Donner de l'éperon, des éperons à un cheval. Si j'avais comme vous une épée au côté, je lui en donnerais du plat sur les épaules (DUMAS père, Le Laird de Dumbiky, 1844, II, p. 55). Un petit bœuf donne de la corne à un cheval (MICHELET, Journal, 1854, p. 265) :
57. Si j'avais cru que monsieur Alphonse eût voulu m'insulter, je lui aurais sur-le-champ donné de mon couteau dans le ventre.
MÉRIMÉE, La Vénus d'Ille, 1841, p. 290.
Loc. fig. Donner du balai (à qqn). Le chasser :
58. Il y a longtemps que la grosse maman leur a donné du balai, en leur disant : « Filez, salopes! ». Elles ne se le sont pas fait répéter, car elle leur menait la vie dure.
FRANCE 1907.
Absol., spéc. Charger (l'ennemi). Ces troupes n'avaient pas encore donné (Ac.). L'offensive pour dégager Verdun était commencée. Les copains donnaient (CENDRARS, Lotiss. ciel, 1949, p. 216) :
59. Les Autrichiens (...) ne donnèrent pas à Lawfeld et firent retraite. L'armée victorieuse ne put qu'à peine écorner leur arrière-garde.
SAINTE-BEUVE, Nouveaux lundis, t. 11, 1863-69, p. 98.
Emploi factitif. Allons! faites donner la garde, cria-t-il [Napoléon] (HUGO, Châtim., 1853, p. 276).
2. Heurter. Donner contre, dans. Au détour du couloir, il alla donner de tout son élan dans le ventre d'un employé qui arrivait en sens inverse (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Hérit., 1884, p. 515). Elle [Armande] s'écarta d'un mouvement si farouche qu'elle donna du coude contre un lampadaire monumental (COLETTE, Képi, 1943, p. 196) :
60. ... il [Saurit] donna du nez contre une boule osseuse et glabre, le crâne du Marquis.
ARNOUX, La Nuit de Saint-Avertin, 1942, p. 114.
Expr. fig. Ne pas savoir où donner de la tête. Ne savoir que faire, quel moyen employer pour sortir d'embarras. Je ne sais où donner de la tête (...) tu me conseilleras (BALZAC, Cous. Bette, 1846, p. 163).
P. anal. Quand la Tricon n'avait pas besoin d'elle [Nana] (...) elle ne savait où donner de son corps (ZOLA, Nana, 1880, p. 1311).
Spéc. Donner dans (le piège, le panneau, etc.). Tomber dans, être pris par. Couleuvres d'eau, (...) vous donnerez encore dans mes nasses (H. BAZIN, Vipère, 1948, p. 276).
Au fig. Se laisser abuser, tromper. J'ai le regret de dire qu'il s'est trouvé beaucoup d'imbéciles pour donner dans ce piège grossier (CLEMENCEAU, Vers réparation, 1899, p. 459). Il ne s'agit pas de donner dans la souricière (ADAM, Enfant Aust., 1902, p. 275) :
61. Heureusement que je suis là! Sans moi, tu donnais dans le panneau. Tu n'y vois pas plus loin que ton nez. Tu n'as pas plus de défense qu'un bébé.
MAURIAC, Génitrix, 1932, p. 392.
MAR. [Le suj. désigne un navire] Donner de la bande. Pencher sur un côté.
3. Au fig. Donner dans.
a) Croire à, céder à. Moi-même, comme tous les badauds, n'ai-je pas été assez niais pour donner dans cette fable! (CHATEAUBR., Mém., t. 3, 1848, p. 352). Le commissaire donnait dans cette supposition (NERVAL, Illuminés, 1852, p. 197).
Expr. Donner tête baissée dans qqc. S'y abandonner, s'y engager sans examen :
62. Je donnai tête baissée dans la sympathie que son petit air souffrant, sa voix faible et sa jolie figure distinguée inspiraient dès l'abord...
SAND, Histoire de ma vie, t. 3, 1855, p. 427.
b) Avoir du goût, un penchant pour; se laisser aller à. Donner dans un vice, un défaut; donner dans la dévotion, le luxe. Ces prétendus hommes charitables, qui font les confits, qui vont à la messe, qui donnent dans la prêtraille (HUGO, Misér., t. 1, 1862, p. 894). Je croyais que papa ne donnait pas dans la jeune fille... D'habitude, il est pour femmes mariées, ou pour grues (COLETTE, Cl. Paris, 1901, p. 258) :
63. Myrto, spirituelle, bonne et jolie, mais qui donne dans le chic, préfère à ses autres amies Parthénis, qui est duchesse et plus brillante qu'elle...
PROUST, Les Plaisirs et les jours, 1896, p. 68.
Spéc. Donner dans le ridicule. ,,Se rendre ridicule`` (Ac.).
4. [Avec l'idée de « être orienté vers »; le suj. désigne une chose] Donner sur, dans. Avoir vue, être situé sur; avoir issue. Sa chambre donne dans le vestibule (MARTIN DU G., Thib., Belle sais., 1923, p. 885). Nous habitions au cinquième. La fenêtre donnait sur l'impasse (DUHAMEL, Notaire Havre, 1933, p. 125). La porte donne sur le jardin, de plain-pied (VERCORS, Silence mer, 1942, p. 27).
B.— [Avec une idée d'effort] Émettre ou produire des bruits, des sons, etc. d'une certaine force. Donner de la voix. Tu poursuis ta proie en songe. Tu donnes de la voix, Comme le chien de qui l'âme ne lâche pas la quête (CLAUDEL, Euménides, 1920, I, p. 953).
Absolument :
64. Puis tous, presqu'en même temps, se mettent à donner. Un jappe. Ceux-ci ont deux notes prolongées haute, puis basse, et ceux-là jouent du tambour de leur gosier (...) La chasse va.
JAMMES, Le Roman du lièvre, Clara d'Ellébeuse, 1899, p. 117.
Donner du cor. Sonner du cor. Les piqueurs donnaient du cor toute la journée (SANDEAU, Mlle de La Seiglière, 1848, p. 87).
P. anal. Les tramways donnaient de la trompe (L. DAUDET, Médée, 1935, p. 200).
Prononc. et Orth. :[], (je) donne []. Enq. : /don/ (il) donne. FÉR. Crit. t. 2 1787 propose doner. Étymol. et Hist. 1. a) 842 « attribuer, octroyer, conférer » (p. ex. la puissance, le pouvoir) (Serments de Strasbourg ds HENRY Chrestomathie t. 1, p. 2); b) ca 1100 « attribuer (un nom) » (Roland, éd. J. Bédier, 2508); c) 1re moitié XVIe s. « attribuer la qualité de, prêter tel ou tel caractère » (MARGUERITE DE NAVARRE, Nouv., 4 ds LITTRÉ); 2. a) 2e moitié Xe s. « apporter en présent, offrir » (Passion, éd. d'A. S. Avalle, 385); b) ca 1050 spéc. donner l'aumône (Alexis, éd. Chr. Storey, 118); c) 1160-74 emploi abs. « faire des dons, faire l'aumône » (WACE, Rou, éd. A. J. Holden, III, 2161); d'où d) ca 1250 dounant « généreux » (Auberi, 37, 17 ds T.-L.); 3. a) 2e moitié Xe s. « mettre à la disposition de, remettre » (Passion, éd. d'A. S. Avalle, 342); b) ca 1050 « procurer, accorder » (Alexis, éd. Chr. Storey, 25); c) ca 1050 « transmettre, communiquer » (ici, un conseil) (ibid., 309); d) ca 1100 spéc. [donner congé] me dunez cunget (Roland, éd. J. Bédier, 2177); e) ca 1100 « assurer de (sa foi, sa parole, une promesse) » (ibid., 914); f) mil. XIIIe s. « fixer, indiquer, informer de (p. ex. une date, l'heure, etc.) » (Joufrois, 291, ds T.-L.); g) 1829 arg. « indiquer à la police, dénoncer » (Mém. d'un forban philosophe, chap. 24, p. 197); 4. a) 2e moitié Xe s. « appliquer, faire sentir à quelqu'un » (ici, un baiser) (Passion, éd. d'A. S. Avalle, 148); b) ca 1100 spéc. « asséner (des coups) » (Roland, éd. J. Bédier, 1178); d'où c) 1160-70 emploi abs. « frapper, choquer » (WACE, Rou, éd. A. J. Holden, III, 5207) d'où d) 2e moitié XVIe s. donner dans « venir à, atteindre, se diriger vers » (J. A. DE BAIF, Mimes, t. 1, p. 54, Blanchemain ds GDF. Compl.); e) 1580 au fig. (MONTAIGNE, Essais, éd. A. Thibaudet, I, XXXVI, p. 262); 5. a) ca 1050 « accorder le fait que, permettre le fait que, faire que » (Alexis, éd. Chr. Storey, 370); b) 1269-78 donner à entendre (J. DE MEUN, Rose, éd. F. Lecoy, 13079); 6. a) ca 1050 « remettre en contrepartie, en paiement de quelque chose » (Alexis, éd. Chr. Storey, 78); b) ca 1130 « payer pour, évaluer à » (Couronnement Louis, éd. E. Langlois, 613); c) 1160-74 « faire gagner, rapporter » (WACE, Rou, éd. A. J. Holden, III, 5636); 7. a) 1130-40 « mettre (une personne) à la disposition de » ici donner en mariage (WACE, Conception ND, éd. R. Ashford, 1138); b) ca 1220 soi donner a « se donner du mal pour quelque chose » (G. DE CAMBRAI, Barlaam et Josaphat, 4764 ds T.-L.); 8. a) ca 1100 « faire, participer à » donner bataille (Roland, éd. J. Bédier, 18); b) début XVIe s. « exécuter, ou faire exécuter, jouer, présenter » faire donner des aubades ([G. COQUILLART], Monologue du Puys, 7, éd. M. J. Freeman, p. 301); 9. ca 1160 « provoquer, engendrer, faire avoir » (ici, un sentiment, un état psychique) (Enéas, 2058 ds T.-L.); 10. ca 1170 « exprimer, manifester » (Livre des Rois, éd. E. R. Curtius, I, IV, 5). Du lat. class. donare formé sur le dér. de dare « donner » donum (don) et qui a supplanté dare en gallo-roman. Fréq. abs. littér. : 71 361. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 114 732, b) 101 240; XXe s. : a) 91 043, b) 96 590.
DÉR. Donnable, adj. Qui peut être donné; qui est susceptible d'être donné, disponible. Le verbe de Dieu est celui en qui Dieu s'est fait à l'homme donnable. La parole créée est cela en qui toutes choses créées sont faites à l'homme donnables. Ô mon Dieu, qui avez fait toutes choses donnables, donnez-moi un désir à la mesure de votre miséricorde! (CLAUDEL, Cinq gdes odes, 1908, p. 281). Sa définition de ce qu'il nous faut entendre par objectivité, il a fait mille efforts pour nous la donner; à mon sens il n'a pu la donner parce qu'elle n'est pas donnable, vu qu'elle vise un pur mythe (DU BOS, Journal, 1925, p. 312). 1re attest. 1908 (CLAUDEL, loc. cit.); de donner, suff. -able. Fréq. abs. littér. : 4.
BBG. — GOTTSCH. Redens. 1930, passim. — GOUGENHEIM (G.). Une Catégorie lexico-gramm... In : [Mél. Michéa (R)]. Ét. Ling. appl. 1971, n° 2, pp. 56-64; Mots t. 3 1975, p. 152. — GRIMAUD (F.). Petit gloss. du jeu de boules. Vie Lang. 1969, p. 113. -GUIRAUD (P.). Le Champ morpho-sém. du mot tromper. B. Soc. Ling. 1968, t. 63, pp. 96-109. — KOCH (Ph.). On Marivaux's expression « se donner la comédie ». Rom. R. 1965, t. 56, pp. 22-29. - LE BIDOIS (R.). À Propos des mots tandem. Vie Lang. 1954, pp. 554-558. — MARTIN (E.). S'il faut dire : « Se donner garde » ... Courrier (Le) de Vaugelas. 1876, t. 6, p. 188. — Mme de Genlis et le bon lang. Vie Lang. 1971, p. 473. — MATORÉ (G.). Proust ling. In :[Mél. Wartburg (W. von)]. Tübingen, 1968, p. 290. —MIHAILESCU-URECHIA (V.), URECHIA (A.). Phénomènes inconnus de la lang. Orbis. 1971, t. 20, pp. 10-18. — PAMART (P.). Infiltrations ou invasions. Vie Lang. 1969, p. 318. — QUEM. 2e s. t. 2 1971; Fichier. — SAIN. Lang. par. 1920, p. 415. — STRAKA (G.). En relisant Menaud, maître-draveur. In :[Mél. Imbs (P)]. Trav. Ling. Litt. Strasbourg. 1973, t. 11, n° 1, p. 282. — TOURNEMILLE (J.). Au jardin des loc. fr. Vie Lang. 1964, pp. 341-342.

donner [dɔne] v.
ÉTYM. 842; du lat. donare « faire un don », dér. de donum. → Don.
———
I V. tr.
A Donner qqch. à qqn : mettre (qqch.) en la possession de qqn.
1 Abandonner à qqn dans une intention libérale ou sans rien recevoir en retour (une chose que l'on possède ou dont on jouit). Aliéner (à titre gratuit), allouer, bailler (vx), gratifier, offrir. || Action de donner qqch. Dation, don, donation. || Donner qqch. à qqn en toute propriété, en dot ( Doter [qqn de qqch.]), par testament ( Léguer; tester, v. intr.). || Donner qqch. en cadeau, en présent, en récompense à qqn. || Donner des étrennes. || Donner qqch. pour étrenne, en guise d'étrenne. || Donner de l'argent, une pièce, un pourboire à qqn. Vx. || Donner pourboire. Fam. || Donner la pièce à qqn. Pourboire. || Donner une aumône. Aumôner (vx); faire (faire l'aumône). || Donner le casuel épiscopal aux pauvres. → Percevoir, cit. 6. || Donner tous ses biens. Déposséder (se), dépouiller (se). Fam. || Il donnerait sa chemise, jusqu'à sa chemise, tant il est charitable, généreux (→ Se saigner aux quatre veines). || Donner qqch. libéralement, à pleines mains. Épandre, prodiguer. || Donner qqch. avec excès. Fourrer, gaspiller. || Donner qqch. pour s'en débarrasser, s'en défaire ( 1. Colloquer).Par anal. (souvent par plais.). || Donner à qqn ses conseils généreusement, pour rien… → ci-dessous, B.
1 Je te veux donner un louis d'or, et je te le donne pour l'amour de l'humanité.
Molière, Dom Juan, III, 2.
2 On ne donne rien si libéralement que ses conseils.
La Rochefoucauld, Maximes, 110.
3 Il lit au front de ceux qu'un vain luxe environne
Que la fortune vend ce qu'on croit qu'elle donne.
La Fontaine, Philémon et Baucis.
4 — C'est un grand abus que de les vendre !
— Oui; l'on ferait mieux de nous les donner pour rien.
Beaumarchais, le Mariage de Figaro, III, 12.
4.1 — Je mangerais bien mon bonbon… Mais je m'en passerai, tiens, je te donne mon bonbon, prends-le, c'est pour toi.
Et, sournoisement, elle guigne le bon effet de sa générosité.
Léon Frapié, la Maternelle, 1904, p. 221.
(Sans compl. direct). || Donner aux pauvres, leur donner par bienfaisance, par charité ( Aumône).Merci, j'ai déjà donné (à une quête…).J'ai déjà donné : ça suffit, ne me demandez rien. || Donner beaucoup, peu (→ Libéralité, cit. 2).C'est pour donner, ou pour jeter ?Donner de bon cœur (cit. 48), de bonne grâce, avec le sourire; à contrecœur.Demandez (cit. 15) et l'on vous donnera…
5 Les princes me donnent beaucoup, s'ils ne m'ôtent rien et me font assez de bien, quand ils ne me font point de mal.
Montaigne, in Antoine Albalat, la Formation du style, p. 194.
6 Tel donne à pleines mains qui n'oblige personne;
La façon de donner vaut mieux que ce qu'on donne.
Corneille, le Menteur, I, 1.
7 Ce qu'on nomme libéralité n'est le plus souvent que la vanité de donner, que nous aimons mieux que ce que nous donnons.
La Rochefoucauld, Maximes, 263.
8 C'est rusticité que de donner de mauvaise grâce : le plus fort et le plus pénible est de donner; que coûte-t-il d'y ajouter un sourire ?
La Bruyère, les Caractères, VIII, 45.
9 — Tiens, je donne sans compter, moi.
— Et moi, je reçois de même, monsieur. Oh ! nous sommes tous deux des gens de bonne foi.
A. R. Lesage, Turcaret, I, 5.
10 Qui donne aux pauvres prête à Dieu;
Le bien qu'on fait parfume l'âme !
Hugo, les Voix intérieures, V, 2 (→ 2. Bien, cit. 16).
11 Donner et recevoir, c'est faire vivre l'âme !
Hugo, les Contemplations, I, VI.
12 Donner est plus doux que recevoir.
Renan, Vie de Jésus, Œ. compl., t. IV, p. 138.
13 Sa bienfaisance était grande autant qu'ingénieuse, et chez elle un vrai don de nature : elle avait l'humeur donnante, comme elle disait. Donner et pardonner, c'était sa devise. Le bienfait de sa part était perpétuel.
Sainte-Beuve, Causeries du lundi, 22 juil. 1850, t. II, p. 320.
(Avec un compl. indéf.). || Donner beaucoup, peu. || Ne rien donner.
13.1 On promet beaucoup pour se dispenser de donner peu.
Vauvenargues, Réflexions et Maximes, 445.
13.2 Les gens qui donnent beaucoup sont sujets à prendre de même.
Charles de Brosses, Lettre à l'abbé de Quincey, 1739. (Lettres italiennes).
14 Les hommes sont ingrats, dira-t-il (Napoléon) à Las Cases; non !… si l'on a si souvent à s'en plaindre, c'est que, d'ordinaire, le bienfaiteur exige plus qu'il ne donne.
Louis Madelin, Hist. du Consulat et de l'Empire, De Brumaire à Marengo, VI, p. 76.
Dr. || Donner et retenir ne vaut, règle de l'ancien droit, qui limite la révocation des donations.
15 (…) si la règle Donner et retenir ne vaut était effacée de notre Code (…) le seul résultat de sa suppression serait de permettre l'insertion, dans l'acte de donation, de clauses réservant au donateur la faculté de révocation (…) dans certaines catégories de donations, l'application de la règle est dès à présent écartée par notre législation positive.
A. Colin et H. Capitant, Cours élémentaire de droit civil, III, p. 847.
Par exagér. Vendre à très bon marché (→ infra, Donné). Brader. || On ne vend pas, on donne : c'est pour rien. || C'est donné (→ infra, cit. 84.1).
Prov. Qui donne tôt donne deux fois (cf. l'adage latin Bis dat qui cito dat). — ☑ Qui donne aux pauvres prête à Dieu (→ ci-dessus, cit. 10).(Avec un compl. dir.).La plus belle fille du monde ne peut donner que ce qu'elle a.
16 On dit communément : « La plus belle femme du monde ne peut donner que ce qu'elle a »; ce qui est très faux : elle donne précisément ce qu'on croit recevoir, puisqu'en ce genre c'est l'imagination qui fait le prix de ce qu'on reçoit.
Chamfort, Maximes et Pensées, Sur l'amour et la galanterie, XVII.
17 (…) comme on dit, la plus belle fille ne peut donner que ce qu'elle a, et ce que j'avais n'eût pas été d'une grande utilité à Rosette.
Th. Gautier, Mlle de Maupin, VII, p. 161.
2 Faire don de (qqch.) à qqn. || Donner son sang pour un malade ( Donneur). || Donner sa vie pour le salut de la patrie : faire le sacrifice de sa vie. Sacrifier.
18 Le bon berger donne sa vie pour ses brebis.
Bible (Segond), Évangile selon saint Jean, X, 11 (→ Berger, cit. 2).
19 Quand je t'aimais, pour toi j'aurais donné ma vie.
A. de Musset, Premières poésies, « À Madame B… ».
20 Il a donné toute sa vie pour l'amour de sa noble profession, toute sa vie pour la santé, le salut et la gloire de son antique province.
G. Duhamel, Récits des temps de guerre, III, II, p. 300.
21 Il aurait donné sa vie, soyez sûr, il la donnerait encore, avec élan, pour faire une grande, une véritable découverte.
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, III, VIII, p. 88.
Donner son amitié, son amour à qqn. || Donner son cœur. || « Je t'ai donné mon cœur… » (chanson).
22 Et c'est à vos vertus faire un présent trop bas,
Que vous donner un cœur qui ne se donne pas.
Molière, Dom Garcie, V, 5.
23 (…) il n'y a rien de meilleur, quand on aime, que de donner, de donner toujours, tout, tout, sa vie, sa pensée, son corps, tout ce qu'on a, et de bien sentir qu'on donne et d'être prête à tout risquer pour donner plus encore.
Maupassant, Fort comme la mort, p. 175.
Donner son âme à Dieu, au diable.
(Le compl. désigne la vie, l'existence, le temps d'une personne). Consacrer, employer, vouer. || Donner sa vie à une œuvre, une entreprise. Dévouer. || Donner tout son temps à l'étude, au travail. || Donner quelques instants à qqn. Accorder. || Je n'ai que quelques minutes à vous donner.
24 Jusqu'au dîner, Mme de Rénal n'eut pas un instant à donner à son prisonnier.
Stendhal, le Rouge et le Noir, I, XXX, p. 223.
Dieu, le destin, la nature lui a donné de l'intelligence, une santé de fer. Doter, douer, impartir, pourvoir (qqn de…).
3 Donner (qqch.) pour, contre (qqch.) : céder (qqch.) en échange d'autre chose. Céder, fournir, livrer; (fam.) filer, refiler; (argot) abouler. aussi Cession. || Donner qqch. contre, pour de l'argent. Vendre. || Donner de l'argent pour une marchandise. Acheter. || Donner un cheval pour, contre un âne. Échanger, troquer. || Donner un œuf pour un bœuf (cit. 13 et supra). || On ne donne rien pour rien. → Donnant (donnant donnant). || En donner à qqn pour son argent ( Combler, satisfaire). || Il ne rend jamais ce qu'on lui donne. Prêter.
25 Ce qu'on donne aux méchants, toujours on le regrette.
Pour tirer d'eux ce qu'on leur prête,
Il faut que l'on en vienne aux coups,
Il faut plaider, il faut combattre.
La Fontaine, Fables, II, 7.
26 En toute chose l'on ne reçoit qu'en raison de ce que l'on donne.
Balzac, Physiologie du mariage, Pl., t. X, p. 672.
(Dans le voc. du commerce). Vendre. || Donnez-moi trois pommes. || Donnez-moi cinq cents grammes de viande. || Donnez-m'en cinq cents grammes.Donner (une somme) de (qqch.) : payer qqch. (une certaine somme). || Je vous donne dix mille francs de votre voiture, je vous en donne dix mille francs. Offrir. || Je ne donnerai pas un sou de cela.
Payer (une certaine somme) à qqn. || Donner des appointements à qqn. Verser. || Combien donnez-vous à vos employés ? Rémunérer, rétribuer (qqn). || Donner à chacun selon son dû. Distribuer, partager. || Donner sa part, sa quote-part, son écot. || S'engager à donner de l'argent pour… Souscrire. || Donner paiement ( Dation), décharge. || Donner des arrhes, des gages, une caution.
Fig. || Donner (qqch.) pour (et inf.). || Je donnerais bien un million, tout ce que j'ai pour le savoir. || Je donnerais beaucoup pour savoir. || Donner tout au monde pour avoir qqch. Abandonner, sacrifier.
27 Que n'aurais-je pas donné pour pouvoir dire au long cette fameuse règle des participes, bien haut, bien clair, sans une faute !
Alphonse Daudet, Contes du lundi, « La dernière classe ».
Donner (qqch.) pour que (et subj.). || Je donnerais dix ans de ma vie, ma fortune, je ne sais quoi… pour que cela fût, ne fût pas.
4 Confier (une chose) à qqn pour un service. Confier, remettre. || Donner ses chaussures au cordonnier. || Donner son manteau au vestiaire.Donner qqch. à (et inf.). || Donner sa montre à réparer, la confier pour réparation, pour qu'on la répare. || Donner un paquet à remettre. || Je lui ai donné mes livres à ranger.
Comm., fin. || Donner une somme en dépôt. Consigner, déposer, mettre. || Donner qqch. à bail, en location. Louer. || Donner à crédit.
B Mettre à la disposition de (qqn).
1 Mettre à la disposition, à la portée de… Fournir, offrir, présenter, procurer. || Voulez-vous donner des sièges aux invités ? Apporter, approcher, avancer. || Donner un logement; donner un asile, l'hospitalité à qqn. || Le médecin a donné un médicament, un remède au malade. || Donner les sacrements à un mourant. Administrer, prendre (faire prendre). || On lui donnerait le bon Dieu sans confession.Donner la becquée, la pâture à des volailles. Appâter. || Donnez-moi du pain. || Donnez-m'en. Passer. || Donner à qqn le vivre et le couvert (cit. 2). || Donner la pâtée au chien, (fig. et péj.) satisfaire.Donner du travail à un chômeur, à un indigent. || Donner de l'instruction à un enfant.Donner à (qqn, un animal) qqch. à… (et inf. : manger, boire…).Sans compl. dir. || Donner à manger, à boire à qqn.
28 Donnez-nous aujourd'hui notre pain de chaque jour (…)
Bible (Sacy), Évangile selon saint Luc, XI, 3.
29 (…) si votre ennemi a faim, donnez-lui à manger; s'il a soif, donnez lui à boire.
Bible (Sacy), Épître aux Romains, XII, 20.
30 Aux petits des oiseaux il donne leur pâture (…)
Racine, Athalie, II, 7.
31 (…) il s'agit seulement (…) mais je dis en tout bien, tout honneur, que vous me donniez à coucher ce soir.
Beaumarchais, le Barbier de Séville, II, 14.
32 Donne-lui tout de même à boire, dit mon père.
Hugo, la Légende des siècles, XLIX, « Après la bataille ».
33 Et n'ayant jamais appris que rien fût mauvais de ce que Dieu donne à ses enfants.
Claudel, Feuilles de saints, L'architecte.
Régional. || Donner à (un animal), lui donner à manger. Nourrir.
34 Avant, il donne à la bique. Elle est libre et toute seule dans la grande écurie noire et elle saute tout de suite vers la porte ouverte. Il la regarde manger.
J. Giono, Regain, p. 30.
(Le compl. désigne une information mise à la disposition de qqn). || Donnez-moi donc votre adresse, vos coordonnées. Dire; confier. || Il m'a donné son numéro de téléphone, mais j'ai oublié de le noter. || Donner un renseignement, une information par écrit (→ aussi ci-dessous, 3.).
Donner une lettre à son destinataire. Remettre. || Donner le courrier. Distribuer.(Au téléphone). || Donnez-moi le 12 à X… Passer.
(Le compl. désigne une partie du corps). || Nourrice qui donne le sein à un bébé.Donner le bras à qqn. Offrir, tendre; bras (supra cit. 12). || Donner la main à qqn. Main.(En parlant d'un chien). || Donner la patte. || Donne la patte ! — ☑ Loc. fig. Donner sa langue au chat.
Spécialt. || Donner des cartes aux joueurs. Distribuer, répartir; donne. Absolt. || C'est à vous de donner. Faire.
Loc. fig. (Vieilli). La donner belle. Bailler (→ Beau, cit. 77 et supra). — ☑ Donner des verges pour se faire fouetter (vx), des bâtons pour se faire battre. — ☑ On lui en donnera !, se dit par dérision en parlant d'une personne qui réclame, revendique qqch.
2 Organiser pour un public, offrir à des invités. || Donner un bal (cit. 1), une réception, une soirée, une fête à des amis, à des invités.(Sans compl. ind.). || Donner une pièce de théâtre, un spectacle. || On donne une comédie à ce théâtre. Jouer, représenter. || Qu'est-ce qu'on donne cette semaine au cinéma ?
35 Une des femmes de chambre de Mme de la Mole donnait soirée, les domestiques prenaient du punch fort gaiement.
Stendhal, le Rouge et le Noir, II, XVI.
Loc. fig. Donner la comédie. Jouer.
3 Communiquer, exposer (qqch.) à qqn. Communiquer, dire, exposer, exprimer. || Donner à qqn une description de vive voix, par écrit. || Je vais vous donner tous les détails sur cette question. || Donner la consigne à un collègue. Passer. || Voulez-vous me donner l'heure exacte ? Indiquer. || Donner son avis, son opinion, son point de vue à qqn. || Je vous donnerai une réponse demain. || Donner congé à qqn. Signifier. || Donner ses huit jours à un domestique, le renvoyer. || Donner la réplique à un comédien. || Donnez-moi le nom des départements français. Réciter. || Donner des arguments, des explications, des renseignements. || Donner un conseil (cit. 1, 3 et 6), un ordre à qqn. || Donner connaissance de… Porter (à la connaissance); informer. || Donner la marche à suivre. Montrer.Mar. || Donner la route : indiquer le chemin.
Donner une interview à un journaliste. Accorder.
Faire pour qqn, pour un public. || Donner une conférence. || Donner un cours; des leçons (→ Courir le cachet). Dr. || Je vais vous donner lecture de cet acte. || Donner (un) jugement. Rendre.
Vieilli. || Donner le bonjour (cit. 1), le bonsoir (cit. 1, 2). Dire, souhaiter.
Donner un prétexte, des raisons… Apporter, fournir.Par ext. (sujet n. de chose). || Détails que donne un rapport. || Ce livre donne de nouvelles preuves.
Donner l'exemple (à qqn).
4 Transmettre. || Il lui a donné ses goûts. || Donner une maladie à qqn.L'abus de tabac peut donner le cancer.Spécialt. Transmettre par contagion. || Il lui a donné son rhume.
5 Loc. Soumettre en tant que question. Je vous le donne en cent, en mille : je suis sûr que vous ne trouverez pas.
35.1 (…) M. de Lauzun épouse dimanche au Louvre, devinez qui ? je vous le donne en quatre, je vous le donne en dix, je vous le donne en cent (…)
Mme de Sévigné, 121, 15 déc. 1670.
6 Accepter de mettre (qqch.) à la disposition, à la portée de qqn. Accorder, concéder, consentir. || Ce monarque a donné une constitution à ses sujets. Octroyer. || Donnez-moi un peu de temps, de répit. Laisser. || Donner un délai à qqn. || Donnez-moi le temps d'y penser, le loisir d'y réfléchir. || Donner son accord, son aval, son consentement, sa signature à qqn. || Donner sa bénédiction à qqn. || Donner sa parole d'honneur à qqn. Promettre.Donner son amitié, sa reconnaissance à qqn. || Donner ses faveurs, sa préférence à qqn.Donner son suffrage, son vote à un candidat, à un parti.Donner une faveur, une récompense à un subordonné. Décerner, déférer. || On lui a donné tous les prix.Donner à qqn l'assurance que… Certifier (→ Ficher, foutre son billet). || Je vous en donne formellement l'assurance. || Donner son aide, son assistance à un ami. Fam. || Donner un coup de main, un coup d'épaule à qqn. Aider (→ ci-dessous, D., 4. : donner un coup). || Je vous donne toute mon attention.
36 François, mon serviteur et mon ami, j'ai un petit discours à te faire et je te prie de me donner ton attention (…)
G. Sand, François le Champi, XII, p. 98.
37 Solon donna donc au peuple les droits civils et non les droits politiques.
Fustel de Coulanges, Leçons à l'Impératrice…, p. 55.
(Compl. ind. n. de chose). || Donner son accord, son aval à un projet.
Loc. fig. Donner la main à (qqch., un projet). Prêter.
Loc. (le sujet est un nom de femme). Donner sa main à qqn. Accorder. — ☑ (Le sujet est un nom d'homme). Donner à qqn la main de sa fille, lui permettre de l'épouser.
Donner la liberté, la clef des champs à qqn.
Donner l'autorisation, la faculté, le moyen, l'occasion, la permission à qqn. || Donner à qqn un brevet, un certificat. Délivrer. || Donner acte d'une déposition, la constater. || Je vous en donne acte bien volontiers. || Donner un blanc-seing, carte blanche, pleins pouvoirs à qqn.
Donner à qqn (un temps, une durée) pour…, lui laisser, lui accorder telle durée, avant de lui réclamer un résultat. || Je vous donne une semaine pour finir ce travail.Donner à qqn (un temps) à… → ci-dessous, D., 7.
(Avec un compl. sans article). || Donner audience. || Donner asile. || Donner rendez-vous à qqn (on emploie aussi : donner un rendez-vous).Donner campos.Donner satisfaction. — ☑ Donner créance, croyance : ajouter foi. — ☑ Fig. Donner carrière, libre carrière, donner cours, libre cours… (→ Lâcher la bride). — ☑ Donner prise : prêter le flanc. || Il donne prise à toutes les calomnies.
7 Littér. (sujet n. d'entité). || Donner (à qqn) de… (suivi de l'inf.). Accorder, permettre. || Le ciel nous a donné de supporter ces épreuves.
Au passif. Être possible, permis. || Il ne m'a pas été donné d'aller le voir.
38 Il fut donné à celui-ci de tromper les peuples.
Bossuet, Oraison funèbre de la reine d'Angleterre.
39 Je raconterai plus tard, s'il m'est donné de poursuivre cette narration nonchalante (…)
G. Duhamel, le Temps de la recherche, VI, p. 75.
8 Assigner à qqn, à qqch. (une marque, un signe, etc.). Établir, fixer, imposer, indiquer, prescrire. || Donner un nom à un enfant ( Baptiser; → Abbé, cit. 1). || Donner un titre à un ouvrage. Intituler. || Donner des bornes, des limites à…
9 Donner une punition à qqn. Infliger. || On lui a donné dix ans de prison. Ficher, flanquer, foutre (fam.). || Donner son congé à un employé. Signifier. — ☑ Loc. Donner congé.
10 Donner à… (suivi d'un inf.). || Donner une tâche à exécuter. Confier, remettre. || On m'a donné cela à faire.Donner à entendre (à qqn). Insinuer. || Donner à deviner qqch. (à qqn).
(Sujet n. de chose). || Donner à rire. Prêter. || Son attitude donne à penser, à réfléchir.
Loc. Donner sa tête à couper.
11 (Dans des loc.). Être l'auteur de…, produire (un effet). Faire. || Donner l'alarme, l'assaut ( Livrer), la chasse (cit. 6 et supra; Poursuivre). || Donner le passage. Ouvrir.Donner des soins, des encouragements, des consolations à un malheureux. || Donner l'avantage, la victoire à son parti. || Donner gain de cause.
Donner son plein, sa mesure (→ Défricher, cit. 2).
Donner des signes, des marques de fatigue. Manifester.
Donner le change. Change (cit. 5 et supra).
Donner la mort à qqn : tuer. — ☑ (D'une femme). Donner le jour, la vie à un enfant, le faire naître. Accoucher (de), avoir, faire (fam.).Loc. Donner naissance à…Fig. || Donner le jour, donner naissance à une théorie, à une œuvre.
12 Spécialt (sans compl. ind.). Produire (une œuvre). Produire, publier. || Cet écrivain donne un roman par an. || Ce peintre, ce sculpteur ne donne plus rien.
40 (…) il donne un chef-d'œuvre après un roman confus; et le chef-d'œuvre est suivi d'un livre médiocre.
André Suarès, Trois hommes, « Dostoïevski », III, p. 217.
C (Avec deux compl. n. de personne : donner qqn à qqn).
1 Donner un enfant (un fils, une fille) à… (un homme, en parlant d'une femme; une femme, en parlant d'un homme).
2 Procurer, accorder une personne à qqn. || Donner sa fille en mariage à un jeune homme. || « Mon père m'a donné un mari » (chanson enfantine).Donner un tuteur à un orphelin, un précepteur, une gouvernante à un enfant.
40.1 Donnez-nous, dit ce peuple (les grenouilles), un roi qui se remue.
La Fontaine, Fables, III, 4.
Vx. || Donner qqn au diable (→ Diable, cit. 29).
3 Donner un voleur à la police, aux flics. Livrer.
Absolt et fam. Dénoncer; (argot) balancer, balanstiquer. || Il nous a donnés (→ Cochon, cit. 7). Donneur, I., 4.
D (Sujet n. de chose ou de personne).
1 Être la cause de… Causer, susciter. (Le compl. exprime un sentiment, un fait psychologique). || Donner à qqn l'envie de… || Cela me donne envie de pleurer. || Donner de l'embarras, des difficultés à qqn. Fam. || Donner du fil à retordre à qqn. || Donner de l'inquiétude, des sujets d'alarme… || Cet enfant me donne bien du souci. || Donner de l'ombrage à qqn. Porter. || Donner des remords. || Donner de l'audace, de l'espoir, de la fierté, de la jalousie. || Donner du plaisir, de la joie. || Cela vous donnera l'occasion de… Fournir, procurer. || La solitude lui a donné le goût du travail. Exciter, inspirer. || Il m'a donné bonne, mauvaise impression. Faire. || Cela me donne une idée ( Suggérer).
41 Hasard donne les pensées, et hasard les ôte; point d'art pour conserver ni pour acquérir.
Pascal, Pensées, VI, 370.
42 Non, il n'y a point de jouissances pareilles à celles que peut donner une honnête femme qu'on aime; tout est faveur auprès d'elle.
Rousseau, les Confessions, II.
43 (…) une seule chose est précieuse : savoir tirer de l'instant qui passe toutes les joies qu'il peut donner (…)
Pierre Louÿs, Aphrodite, V, V, p. 253.
44 (…) ça ne lui a pas donné le goût des Sciences, mais ça lui a enlevé celui des Lettres.
Gide, Journal, 20 juil. 1914, p. 442.
Ce régime lui a donné des forces. Redonner. || Ce remède lui a donné la santé. || Cette odeur me donne la migraine (→ Changer, cit. 35). || Le bateau, l'avion lui donne mal au cœur. || C'est le fard qui lui donne des couleurs. || Ce travail me donne chaud, soif. Fig. et fam. || Il m'a donné chaud.
Fig. || Cette nouvelle lui a donné des ailes, l'a stimulé.
(Sans compl. ind.). || Aliment qui donne des forces. || Cette odeur donne la migraine. || La marche donne de l'appétit.
44.1 Ma pauvre maman me donnait des recommandations qui étaient le bénéfice de son expérience.
Je ne devais manger que peu de riz qui constipe — les pruneaux cuits au contraire — et peu de fraises qui amènent l'urticaire et pas du tout de moules dans les mois sans « r ».
Mais du pain toujours, beaucoup de pain.
Les haricots donnent des vents.
Les carottes donnent de la mémoire.
Et un beau teint.
Le poivre donne de bonnes blagues.
L'asperge parfume l'urine.
Henri Calet, la Belle Lurette, p. 195-196.
Loc. (compl. sans déterminant). Donner lieu, matière, occasion, sujet à… Causer, provoquer. || Son attitude a donné lieu aux pires critiques.
45 Tout ce qui était sacré donnait lieu à une fête.
Fustel de Coulanges, la Cité antique, III, VII, p. 183.
2 (Sujet n. de choses concrètes; sans compl. ind.). Produire. || L'eau que donne une source. || Les fleurs, les fruits que donne un arbre. || Cette vigne donne trente hectolitres de vin à l'hectare. || Emprunt qui donne 10% d'intérêt. Rapporter, rendre. Absolt. || Champ fertile qui donne abondamment. || Le blé a peu donné cette année.
46 (…) les poiriers rompent de fruit cette année (…) les pêchers ont donné avec abondance (…)
La Bruyère, les Caractères, XIII, 2.
47 (…) des bananiers, qui donnent toute l'année de longs régimes de fruits avec un bel ombrage (…)
Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie, p. 21.
48 Dans deux ans ce cépage donnera; dans deux ans aussi la Piboulette (…)
Alphonse Daudet, Sapho, VI, p. 30.
Par anal. Procurer (à qqn). || Son travail lui donne juste de quoi vivre.
49 La vie sociale est comme la terre, lui avait dit son camarade, elle nous donne en raison de nos efforts.
Balzac, l'Envers de l'histoire contemporaine, I, Pl., t. VII, p. 239.
Instrument de musique qui donne une note, qui donne le la. Émettre. Fig. || Donner le la, la note, le ton (à qqn).
Par métaphore. || Cette région, cette école a donné plusieurs grands peintres.
3 Fam. (compl. indéterminé). Avoir pour conséquence, pour résultat. || Je me demande ce que ça va donner. Rendre; résulter (ce qui va en résulter). || Tout cela ne donnera rien de bon. || Qu'est-ce que ça donne, à l'usage ? || Ça ne donne rien.(Sujet n. de personne). || Je me demande ce que cet étudiant va donner plus tard.
4 (Sujet n. de personne). Faire sentir (à qqn) l'effet de (une action physique). Appliquer. || Donner un baiser, donner l'accolade (cit. 1) à qqn. || Donner un regard, un coup d'œil à qqn, à qqch. Jeter. || Donner un coup, une gifle, une tape…, la bastonnade, le fouet, les étrivières à qqn. Coup; assener (cit. 1), ficher, flanquer, foutre (fam.). || Donner un coup de poing. Allonger. || Donner un coup de dent. Mordre. — ☑ Loc. (vx). En donner à qqn, le battre, et aussi le tromper.
Donner un coup de main à qqn (traité ci-dessus en B., 6., en considérant le sens résultant : donner de l'aide).
REM. Donner est normal avec coup et quelques autres substantifs; il peut être en concurrence avec faire. || Donner des caresses. Faire.
5 (Sujet n. de personne). Effectuer sur une chose (une opération qui en modifie l'état). || Donner un coup de peigne, de balai, de lime, de rabot… || Donner une couche de peinture à un banc.
Par métonymie.Loc. Donner la dernière main à qqch.
6 (Sujet n. de personne ou de chose). Conférer (un caractère nouveau) à (une personne ou une chose) par une opération, une action qui la modifie. || Donner une forme nouvelle à qqch. || Donner du jeu aux pièces d'un moteur. || Donnez de l'ampleur à la jupe. || Donner du corps, de la fermeté, de la force, de la solidité : consolider, corser…(Abstrait). || Donner un air, une apparence de… || Donner une contorsion à la vérité : déformer la vérité. || Cet argument donne du poids, de la valeur à sa thèse. || Donner de la vigueur à son style ( Nourrir), du piquant à la conversation.
50 Il reprit, en essayant de ne pas donner de gravité à sa question, de la maintenir dans le ton de la gentillesse (…)
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. IV, XX, p. 222.
51 Si elle avait cherché à tromper, elle se serait efforcée de coordonner ses propos, de leur donner au moins un air de vérité (…)
A. Maurois, Climats, I, VIII, p. 65.
Donner le mouvement à une machine. Imprimer (le mouvement), mettre (en mouvement). — ☑ Fam. Donner toute la gomme.Fig. Donner le branle à une affaire, la faire partir.
52 Oh ! quels petits conducteurs on trouverait souvent aux plus grands empires, si du prince on descendait par degrés jusqu'à la première main qui donne le branle en secret.
Rousseau, Émile, II.
(Chasse). Donner les chiens, les lancer (→ infra cit. 67 : faire donner les chiens).
Loc. Donner cours, donner carrière à… : lancer, faire avancer.Donner effet à une décision, faire prendre effet.
7 (Sujet n. de personne). Considérer (une qualité, un caractère) comme propre à (qqn, qqch.). Accorder, attribuer, gratifier (de), prêter, supposer. || Vous lui donnez des qualités qu'il n'a pas. || Quel âge lui donnez-vous ? || On lui donne vingt ans. || Donner de la valeur, du prix, de l'importance. Attacher. || Donner à qqn l'honneur, le mérite, la gloire d'une action. Imputer.
53 Vous donnez sottement vos qualités aux autres.
Molière, les Femmes savantes, III, 3.
54 (…) vous avez acheté, dit-on, la terre de Rubempré; je vous en fais mon compliment. C'est une réponse à ceux qui vous donnaient des dettes.
Balzac, Splendeurs et Misères des courtisanes, II, Pl., t. V, p. 859.
Donner raison, donner tort à qqn, estimer qu'il a raison ou tort. || Je ne lui donne pas entièrement tort.
55 (…) Mme Grangier, eût-elle désapprouvé complètement sa fille, pour l'unique satisfaction de donner tort à son mari et à son gendre, lui aurait devant eux, donné raison.
R. Radiguet, le Diable au corps, p. 161.
Donner qqn, qqch. pour… (suivi d'un adj. ou d'un n.) : présenter comme étant… || Je vous le donne pour ce qu'il vaut. || On le donne pour coupable. Croire, supposer. || Donner une marchandise pour excellente. Garantir. || Il lui a donné du cuivre doré pour de l'or. → Faire passer pour… || Il nous a donné cette litho pour un Matisse. || Donner une chose pour certaine, pour vraie. Prétendre; affirmer (cit. 1).
56 Ces penchants que vous nous donnez pour invincibles, ne les avez-vous pas mille fois surmontés ?
Massillon, Carême, Samaritains, in Littré.
57 La personne est jolie, elle est jeune (…) Qu'il ne soit pas entre nous question de ses qualités, je vous la donne pour une créature d'élite (…)
Balzac, le Curé de village, Pl., t. VIII, p. 741.
58 Je ne les donne pas pour des ultramontains bien farouches.
Bremond, Hist. du sentiment religieux…, t. IV, p. 108, in T. L. F.
Donner à qqn (un temps) : estimer qu'il a, qu'il aura cette chose (pendant tel temps, selon telle condition). || Je lui donne au plus trois mois à vivre. || Le docteur ne lui en donne pas pour longtemps.
———
II V. intr.
1 Donner dans (qqch., une partie du corps) : heurter, pénétrer dans.
59 Les lances se brisèrent, et un éclat de celle du comte de Montgomery lui donna dans l'œil et y demeura.
Mme de La Fayette, la Princesse de Clèves, t. III, p. 356.
Loc. Donner dans le panneau (cit. 1, 3).
Loc. fig. (vieilli). Donner dans l'œil de qqn : impressionner, plaire vivement. Taper (dans l'œil).
59.1 Mais, jour de Dieu ! c'était pas le conjongo qui me donnait dans l'œil, avec sa séquelle de moutards.
Louise Michel, la Misère, t. I, p. 61.
Donner de… : porter un coup avec (une partie de soi, contre, dans, sur… qqch.). Cogner, frapper, heurter. || Donner de la tête contre le mur.Fig. Donner de la tête contre les murs : se désespérer. Taper (se). — ☑ Fam. Ne plus savoir où donner de la tête. — ☑ Donner du bec (cit. 13 et supra).Donner des éperons à un cheval; donner des deux (des deux éperons). Piquer.
60 Quelques jours après, passant dans une rue avec un jeune abbé, mon voisin, j'allai donner du nez contre l'homme au sabre.
Rousseau, les Confessions, III.
61 À l'extrémité du camp, les cochons, noirs comme des sangliers, grognaient rageusement en donnant de la tête contre la porte des soues, car l'heure de leur soupe approchait.
P. Mac Orlan, la Bandera, VII, p. 82.
(Sans compl. en de). || Donner sur les doigts, sur les ongles à qqn.
Fam. Donner sur les nerfs à qqn. Agacer, irriter.
61.1 L'orage vous a donné sur les nerfs, ma pauvre femme. Allez vous coucher.
Bernanos, la Joie, in Œ. roman., Pl., p. 720.
(Sujet n. de chose qui éclaire). || Le soleil donne dans la pièce. || Le soleil donnait dans les yeux. Darder.
62 Quoique le soleil donnât en plein dans la cour (…)
Th. Gautier, le Roman de la momie, I, p. 52.
Donner contre… || La voiture alla donner contre un arbre. || Le navire faillit donner contre un écueil.
REM. Sans être vieillis, la plupart de ces emplois (sauf donner de la tête) sont stylistiques (style soutenu).
2 (Sujet n. de personne). Se porter (dans, vers). Engager (s'), jeter (se), tomber. || Donner dans une embuscade, dans un piège. Fig. et fam. || Donner dans le piège, dans le panneau (→ Crainte, cit. 10). || Donner tête baissée dans… || Il donne dans le sublime. Faire (→ Faire profession de…).
63 (…) Beaulieu est déconcerté; il calcule assez mal, et donne constamment dans les pièges qu'on lui tend.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. III, p. 86.
63.1 (…) en dehors de ses passions, dont l'extravagance avait été quelquefois sans limites, il avait le sentiment net de la réalité qui distingue les hommes de race normande. Il ne donna jamais dans l'illusion des conspirations.
Barbey d'Aurevilly, les Diaboliques, « À un dîner d'athées ».
63.2 Ces vieux jardiniers, ces vieux cuisiniers, ces vieux gardiens de musée qui veulent faire comme les camarades et qui se mettent à donner dans l'industrie à tour de bras.
Drieu la Rochelle, la Comédie de Charleroi, p. 279.
Se laisser aller à. Adonner (s'), livrer (se), plaire (se). || Donner dans un défaut, dans le ridicule. || Donner dans la dévotion, dans la préciosité, dans le rigorisme. Fam. || Il donne en plein, à fond dans… : il s'y porte avec une ardeur passionnée, inconsidérée, irréfléchie.
64 (…) tout le monde donne là dedans aujourd'hui; on ne court plus qu'à cela (…)
Molière, Critique de l'École des femmes, 6.
65 Moréas donne un peu lui aussi dans ce travers, qui est celui des trois quarts de littérateurs ou d'intellectuels d'aujourd'hui.
Gide, Journal, avr. 1906.
Fam. || Il donne dans tout ce qu'on veut lui faire croire, il y croit naïvement. Croire.
3 Attaquer, charger, combattre, engager. || L'armée va donner (→ Attendre, cit. 40). || Donner avec impétuosité. || Les renforts n'ont pas encore donné.
66 Avant de prendre Ulm, nous eûmes à livrer quelques combats où la cavalerie donna singulièrement.
Balzac, le Médecin de campagne, Pl., t. VIII, p. 526.
(Factitif). Plus cour. || Faire donner l'infanterie, les blindés.Loc. Faire donner l'artillerie.
67 La garde, espoir suprême et suprême pensée !
« Allons ! faites donner la garde ! » cria-t-il (…)
Hugo, les Châtiments, XIII, « Expiation », 2.
(Chasse). || Faire donner les chiens (→ ci-dessus, la construction transitive : donner les chiens, après la cit. 52).
4 (Sujet n. de chose). || Donner sur… : être exposé, situé; avoir vue, accès sur… || Porte qui donne sur la rue, sur un jardin. || La maison donne sur la mer.
68 J'avais moi-même choisi avec amour, à Compiègne, une chambre dont les fenêtres donnaient sur la forêt.
A. Maurois, Terre promise, p. 259.
5 Vx. Faire entendre un son.
Loc. mod. (avec de). Donner de la voix. || Les chiens donnent de la voix.
6 S'allonger, se distendre (en parlant d'un cordage, d'un tissu). || Cette toile donne à l'usage. Prêter.
7 Loc. Mar. Donner de la bande (en parlant d'un navire). Gîter.
69 Comme le bâtiment donnait de la bande à bâbord, sa paroi se penchait sur nous, menaçante, et d'une hauteur qui me parut extraordinaire, dans l'ombre.
H. Bosco, Un rameau de la nuit, p. 55.
——————
se donner v. pron.
1 (Réfl.). Faire don de soi-même. Attacher (s'), consacrer (se), dévouer (se), livrer (se), vouer (se). || Se donner à sa patrie, à une cause, à un idéal. Sacrifier (se). || Se donner au travail, à l'étude. Adonner (s'). || Se donner tout entier à son œuvre. || « Cœur qui se donne tout entier » (Académie). || Se donner corps et âme ( Aimer, cit. 36).
70 Partout même habitude de se donner corps et âme, même besoin de se dévouer, même désir de porter et d'exercer quelque part l'art de bien souffrir et de bien mourir.
A. de Vigny, Servitude et Grandeur militaires, III, 1, p. 175.
71 Celui qui se donne sans mesure, celui-là possède.
André Suarès, Trois hommes, « Dostoïevski », V, p. 270.
72 La vie de l'homme contemporain consiste à se fuir et à se donner à tout, sauf à soi.
Edmond Jaloux, le Dernier Jour de la création, XI, p. 131.
72.1 On se donne en donnant.
Marcel Mauss, Essai sur le don, II, 2, 3.
73 Nous aurons à redire, en considérant les valeurs spirituelles de l'homme, que celles où il s'accomplit sont celles de charité. C'est au moment où il s'oublie le plus, pour se donner à autrui, que mystérieusement se réfléchit sur lui la vertu de cet abandon, et qu'il se retrouve davantage.
Daniel-Rops, Ce qui meurt et ce qui naît, II, p. 80.
74 Elle se donnait à tous, elle s'oubliait, elle oubliait qu'elle était juive, qu'elle était elle-même persécutée, elle s'évadait dans une grande charité impersonnelle (…)
Sartre, la Mort dans l'âme, p. 24.
Vieilli. || Se donner à un maître, à un chef.
Se donner en spectacle (cit. 2 et supra).
Spécialt (en parlant d'une femme; sans compl. ind.). Permettre à un homme d'avoir des relations sexuelles avec soi. → Accorder ses faveurs. || Se donner pour de l'argent. Prostituer (se).REM. Se donner est un euphémisme, dans ce cas.
74.1 Redevenue libre et comtesse, Madame de Lorsange reprit ses anciennes habitudes; mais se croyant quelque chose dans le monde, elle mit à sa conduite un peu moins d'indécence. Ce n'était plus une fille entretenue, c'était une riche veuve qui donnait de jolis soupers (…) femme décente en un mot et qui néanmoins couchait pour deux cens louis, et se donnait pour cinq cens par mois.
Sade, Justine…, t. I, p. 16 (1791).
75 J'ai vu que la plupart des hommes pressent de se donner la femme qui les aime; et j'ai toujours fait le contraire, non par calcul, mais par un sentiment naturel.
A. de Musset, la Confession d'un enfant du siècle, III, 10.
75.1 Peut-être dans l'enchevêtrement de ses mauvais instincts et de ses bonnes mœurs, de sa courtisanerie et de sa vertu, croyait-elle que « la possession » n'était pas un mal, car elle en plaisantait souvent et disait souvent qu'elle se donnerait pour faire plaisir, tandis que ses manières habituellement démentaient cela, puisque pour faire plaisir elle ne pouvait pas aller jusqu'à prêter sa main à la main autrefois sans désir de Jean qui voulait la garder, défendait le baiser le plus chaste (…)
Proust, Jean Santeuil, Pl., p. 840.
76 L'homme prend et rejette; la femme se donne, et on ne reprend pas, ou on reprend mal, ce qu'on a une fois donné.
Montherlant, les Jeunes Filles, p. 173.
77 Il y a même celles qui se donneraient comme on achète un billet de loterie : « Je n'ai peut-être qu'une chance sur dix pour qu'il m'épouse. Mais je risque. »
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. IV, XV, p. 162.
2 (Passif). Être donné. || Cela ne se vend pas, cela se donne.
(En parlant d'un spectacle). Avoir lieu, être représenté. || « L'Avare » se donne à la Comédie-Française ce soir. || Le Fellini qui se donne au cinéma.
3 (Réfl. indirect). Donner à soi-même. Prendre. || Se donner un chef, un maître. || Se donner des chaînes (cit. 11). || Le pays s'est donné un nouveau président.Se donner de l'air, des vacances. || Se donner du temps (→ Bagatelle, cit. 15). || Il s'est donné deux ans pour réussir. Accorder (s'). || Se donner un but à atteindre. Assigner (s'). || Se donner une parole à soi-même. || Se donner du mal, bien du mal pour… || Se donner du tourment, de la peine. Décarcasser (se), dépenser (se); → Brillant, cit. 12. || Donnez-vous la peine d'entrer, de vous asseoir…
S'accorder, se donner du bon temps, du plaisir, de l'agrément : s'amuser.
77.1 Ah çà ! il n'y a donc personne ?… voyons si à l'étude… (Il frappe à la porte sur laquelle on lit : étude.) Fermée ! … eh bien, il se donne du bon temps maître Bourgillon.
E. Labiche, Un monsieur qui a brûlé une dame, 1.
S'en donner à cœur joie ( Cœur, supra cit. 60). Absolt. || S'en donner : se divertir sans arrière-pensée. || Ils s'en sont donné.
78 Enfin le souper vint, bon ou mauvais; la Rappinière but tant qu'il s'enivra et la Rancune s'en donna aussi jusques aux gardes.
Scarron, le Roman comique, I, IV, p. 11.
Se donner un coup (cit. 9). || Se donner un coup de pied dans la cheville.Se donner la mort. Suicider (se).
Loc. fig. Se donner les gants de qqch. Gant.
S'attribuer faussement. || Elle se donne vingt ans.Se donner un aspect, une apparence, une contenance. Affecter, afficher. || C'est un air qu'elle se donne. || Se donner un air gai, heureux (→ Aptitude, cit. 9).
79 Mais c'est la mode maintenant d'être vertueux et chrétien, c'est une tournure qu'on se donne; on se pose en saint Jérôme, comme autrefois en don Juan : l'on est pâle et macéré, l'on porte les cheveux à l'apôtre, l'on marche les mains jointes et les yeux fichés en terre (…)
Th. Gautier, Préface de Mlle de Maupin, éd. critique Matoré, p. 6.
Fam. Se la donner : se vanter. || Arrête de te la donner !
4 (Réfl.). || Se donner pour… : se faire passer pour. Passer, poser (se poser en). || Se donner pour l'ami de qqn. || Il se donne pour progressiste.
80 (…) se vouloir donner pour ce qu'on n'est pas.
Molière, le Bourgeois gentilhomme, III, 12.
81 Je ne me vante pas excessivement en me donnant pour doué de plus de raison que la plupart de mes semblables (…)
France, le Petit Pierre, XXXIII, p. 235.
5 (Récipr.). Échanger, entre-donner (s'). || Ils se donnèrent des coups, des baisers (cit. 28).
Loc. fig. Se donner le mot. Mot. || Ils se donnèrent le mot pour arriver en même temps. Entendre (s').Ils se sont donné rendez-vous à 5 heures.
Se donner la main : s'aider.
Se donner une maladie. Passer (se), transmettre (se)…
82 On se donne des passions comme des maladies.
Barbey d'Aurevilly, les Diaboliques, « Le dessous de cartes d'une partie de whist ».
Ils se donnaient du « Monsieur le Président ».
——————
donné, ée p. p. adj. et nom.
1 Qui a été donné. || Propriété donnée en dot.Absolt.Prov. À cheval donné on ne regarde pas la bride.
83 C'était une heure en dehors des heures, véritablement donnée et non marchandée comme les autres.
Edmond Jaloux, le Dernier Jour de la création, XIII, p. 173.
(Introduisant un groupe nominal complément). || Donné : vingt francs au porteur.
Offert à des invités, à un public (avec un compl. en à…). || Fête donnée au profit d'une bonne œuvre. || Pièce donnée au théâtre municipal. Présenté.
84 La Comtesse d'Escarbagnas, comédie (…) donnée au public (…) par la troupe du Roi.
Molière, la Comtesse d'Escarbagnas (titre de l'édition de 1682).
2 (Surtout en attribut). Vendu bon marché.
84.1 C'est vraiment de première qualité. Et si on vous disait le prix … Non, mais dites un chiffre … Elle hoche la tête, l'air appréciateur, étonné : « Ah ! ça en effet, c'est donné. ».
N. Sarraute, le Planétarium, p. 48.
3 Connu, déterminé, fixé. Donnée.Sc. || Nombres donnés dans l'énoncé d'un problème. || Quantités, grandeurs données.Cour. || À une distance donnée, en un lieu donné, en un temps donné. Certain (→ Accélération, cit. 2). — ☑ Loc. À un moment donné… : soudain, tout à coup.
85 Qu'est-ce que la guerre ? un métier de barbares où tout l'art consiste à être le plus fort sur un point donné.
Ph.-P. Ségur, Hist. de Napoléon, VII, 8, in Littré, Dict., art. 1. Donné, ée.
86 De Taine à Nietzsche, de Renan à Marx, quelles que soient les doctrines que l'on considère, il n'en est pas qui admettent comme donné une fois pour toutes l'homme, tel qu'il est aujourd'hui. L'homme apparaît toujours susceptible d'être dépassé.
Daniel-Rops, Ce qui meurt et ce qui naît, V, p. 164.
4 Loc. prép. (invar.). Étant donné : eu égard à… || Étant donné les circonstances… (cf. Les choses étant ce qu'elles sont). || Étant donné sa mauvaise volonté, nous nous passerons de lui.Littér. (avec accord). || Étant donnée la situation. → ci-dessous, cit. 87, 89, 90.
87 Yves savait coudre (…) et c'était drôle de le voir se livrer à ce travail, étant donnés son aspect et sa tournure.
Loti, Mon frère Yves, XII, p. 54.
88 (…) je me suis demandé si, étant donné l'amitié qui nous lie (…) j'allais accomplir un acte de courage ou de lâcheté.
J. Renard, Journal, 5 déc. 1905.
89 Il existe un service de malle-poste qui franchit assez rapidement la chaîne des monts Ourals, mais, les circonstances étant données, ce service était désorganisé.
J. Verne, Michel Strogoff, p. 119 (1876).
90 Étant données les circonstances présentes (…) on ne peut pas trop tenir compte du risque (…)
A. de Saint-Exupéry, Pilote de guerre, p. 15.
Loc. conj. Étant donné que (avec l'indic.) : en considérant que, puisque. || Étant donné qu'il ne vient pas, nous pouvons partir.
5 N. m. || Le donné : ce qui est immédiatement présenté à l'esprit (opposé à ce qui est construit, élaboré…). Donnée.
91 Il faut faire comme eux (les historiens) : observer ce qui est donné. Or, le donné, c'est Rome, c'est Athènes, c'est le Français moyen, c'est le Mélanésien de telle ou telle île, et non pas la prière et le droit en soi.
Marcel Mauss, Essai sur le don, conclusion, III.
92 La politique dont le général de Gaulle nous donne le modèle, relève du concret. Elle se ramène à utiliser tout le donné, sans laisser intervenir et jouer nos antipathies, notre passion.
F. Mauriac, le Nouveau Bloc-notes 1958-1960, p. 118.
Donnée n. f. Voir à l'ordre alphabétique.
CONTR. Demander, réclamer, revendiquer. — Accepter, recevoir. — Avoir, conserver, épargner, garder. — Dénier, enlever, frustrer, ôter, prendre, priver, ravir, retirer, soustraire, spolier, voler.
DÉR. Donnable, donnant, donne, donnée, donneur.
COMP. Adonner, entre-donner (s'), pardonner, redonner.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • donner — DONNER. v. a. Faire don, faire présent à quelqu un, le gratifier de quelque chose. Donner libéralement. C est un homme qui donne tout ce qu il a. Il donne tout son bien aux pauvres. Donner quelque chose pour étrennes. Donner les étrennes. Donner… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • donner — Donner. v. a. Faire don, faire present, gratifier quelqu un de quelque chose. Donner liberalement. c est un homme qui donne tout ce qu il a. il donne tout son bien aux pauvres. donner quelque chose en estreines. donner les estreines. donner une… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Donner — is a variation of Donar, the German name of the god Thor – particularly as a character in the first opera, Das Rheingold of Richard Wagner s opera cycle Der Ring des Nibelungen. In modern German, it means thunder. It can also refer to:… …   Wikipedia

  • donner — Donner, Dare, Donare. Donner à faire, Dare facere. Donner largement et abondamment, Largiri. Donner liberalement; Dilargiri. Que me veux tu donner? Quid conditionis audes ferre? Bud. ex Plauto. Donner la bataille, c est livrer le combat, Certamen …   Thresor de la langue françoyse

  • Donner — ist das krachende, mahlende oder rollende Geräusch, das von einem Blitz während eines Gewitters erzeugt wird. Donner, aufgenommen in Darwin, Australien Entstehung …   Deutsch Wikipedia

  • Donner — Donner. Durch jeden Ausbruch eines elektrischen Funkens wird die Luft getrennt und erschüttert und es erfolgt ein Knall. So bei einem Gewitter nach dem Blitze (s. d.) der Donner. Er ist unschädlich und nur die Folge der plötzlichen Entstehung… …   Damen Conversations Lexikon

  • Donner — Sm std. (9. Jh., donaron 8. Jh.), mhd. doner, toner, ahd. donar, t(h)onar, as. thunar Stammwort. Aus g. * þunra m. Donner (auch Donnergott ), auch in anord. þórr, þunarr, ae. þunor, afr. thuner, tonger, zu einer Schallwurzel, die speziell auch… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • Donner [1] — Donner, ein dem Blitze nachfolgender Schall, dadurch entstehend, daß der Blitz bei seiner Fortbewegung die Luft aus der Stelle trieb u. daß letztere gleich nachher mit Gewalt in den leeren Raum stürzte, wie wenn man den Deckel eines genau… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Donner le la — ● Donner le « la » donner l exemple sur lequel les autres modèlent leur comportement ; servir d exemple …   Encyclopédie Universelle

  • Donner — [Aufbauwortschatz (Rating 1500 3200)] Auch: • donnern Bsp.: • Dem Blitz folgte ein lauter Donner(schlag) …   Deutsch Wörterbuch


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.